Le Bayern ne lâche rien

  • A
  • A
Le Bayern ne lâche rien
@ Reuters
Partagez sur :

BUNDESLIGA - Le club bavarois a disposé de Mayence (3-0) lors de la 20e journée.

BUNDESLIGA - Le club bavarois a disposé de Mayence (3-0) lors de la 20e journée. C'est chaque week-end la même histoire. Depuis qu'il a redressé la barre après un début de saison poussif, le Bayern Munich prend ces dernières semaines la tête du classement le samedi. Avant de la rendre à Leverkusen le lendemain. Un scénario qui va peut-être se répéter à l'occasion de cette 20e journée de Bundesliga si le Bayer vainc Fribourg, dimanche. Car les Bavarois ont encore une fois rempli leur partie du contrat en dominant, dans une Allianz Arena sous la neige en début de rencontre, une équipe de Mayence qui a tenu près d'une heure (3-0). Une heure, c'est aussi le temps qu'est resté Franck Ribéry sur le banc de touche avant de prendre la place d'Ivica Olic. N'y voyez pas forcément un rapport avec l'ouverture du score des hommes Louis van Gaal, car l'international français a fait son apparition sur la pelouse juste après qu'Arjen Robben a trouvé Daniel van Buyten qui, de la tête, a donné l'avantage aux siens (1-0, 58e). N'empêche. C'est avec le milieu de terrain tricolore sur le terrain que les Munichois ont définitivement pris le dessus. D'abord grâce à Mario Gomez, alerté par Philipp Lahm (2-0, 76e), puis Arjen Robben sur coup franc (3-0, 86e). Trois buts qui sont venus confirmer l'étendue du potentiel de cette formation bavaroise, qui a su faire sans Franck Ribéry pendant plusieurs mois en effaçant un début d'exercice mouvementé et pourrait bien prendre une tout autre dimension quand l'ancien Marseillais sera revenu à son meilleur niveau. Pour retrouver trace d'une défaite du Bayern en championnat, il faut remonter au 26 septembre dernier et une visite à Hambourg (0-1). C'était donc il y a treize rencontres. Une belle série que les Munichois poursuivent avec une septième victoire de rang qui leur donne un point d'avance sur leur principal rival pour le titre, le Bayer. Pendant vingt-quatre heures ?