Le baroud d'honneur de la Juve

  • A
  • A
Le baroud d'honneur de la Juve
Partagez sur :

Sixième de Serie A, la Juve n'a quasiment plus aucune chance de décrocher le titre de champion. En revanche, les Turinois sont toujours en course pour une place en Ligue des champions après leur victoire de dimanche face à l'Inter (1-0), à l'occasion de la 25e journée. Comme la semaine dernière face à Cagliari (3-1), c'est la nouvelle recrue, Alessandro Matri, qui a donné la victoire à la Vieille Dame.

Sixième de Serie A, la Juve n'a quasiment plus aucune chance de décrocher le titre de champion. En revanche, les Turinois sont toujours en course pour une place en Ligue des champions après leur victoire de dimanche face à l'Inter (1-0), à l'occasion de la 25e journée. Comme la semaine dernière face à Cagliari (3-1), c'est la nouvelle recrue, Alessandro Matri, qui a donné la victoire à la Vieille Dame. C'est ce qui s'appelle savoir saisir sa chance. Débarqué à la toute fin du mercato hivernal à Turin, en provenance de Cagliari et sous la forme d'un prêt, Alessandro Matri est en passe de devenir la nouvelle coqueluche du public piémontais. Déjà décisif le week-end dernier face à son ancien club (3-1), avec un doublé inscrit en faveur des Bianconeri qui mettaient ainsi fin à une série de trois matches sans victoire, le buteur de 26 ans, appelé pour la première fois en équipe nationale cette semaine pour le match amical face à l'Allemagne (1-1), a permis à la Vielle Dame de l'emporter face à l'Inter (1-0), dimanche en clôture de la 25e journée de Serie A. Un succès capital pour les hommes de Luigi Del Neri qui se replacent dans la course au podium. Avec une seule défaite pour sept victoires en championnat depuis le début de l'année et l'arrivée sur le banc de Leonardo, l'Inter Milan se déplaçait pourtant avec confiance au Stade Olympique. Mais après trois succès consécutifs acquis en ayant au moins inscrit trois buts face à Palerme (3-2), Bari (3-0) et la Roma (5-3), les Nerazzurri n'ont pas réussi à trouver l'ouverture face à la Juve. A l'inverse, ce sont les Turinois qui font la différence à la demi-heure de jeu. Servi côté droit, Krasic trouve en retrait le jeune défenseur danois Frederik Sorensen, qui, du haut de ses dix-huit ans, adresse un centre sans contrôle dans la surface, repris victorieusement par Matri (1-0, 30e). Sonnés, les Intéristes ne parviennent pas à réagir et regagnent les vestiaires avec ce handicap. Eto'o rate le coche L'addition aurait même pu être plus salée si Matri, servi cette fois par Krasic, avait cadré sa tête à bout portant (53e). Emoussés physiquement, les Turinois souffrent en fin de match, mais Samuel Eto'o, auteur de quinze buts en vingt matches depuis le début de la saison, rate l'immanquable. Servi par Maicon, dont le centre trompe la vigilance de Gigi Buffon, le Camerounais frappe sur la barre, alors qu'il était seul à trois mètres du but vide (90e). Pour le plus grand soulagement de la Vieille Dame, qui, grâce à ce succès, remonte en sixième position, à trois longueurs de son adversaire du jour, quatrième. Si le club turinois s'est ainsi replacé dans la course aux places qualificatives pour la Ligue des champions, ce résultat fait surtout les affaires du leader l'AC Milan, qui, grâce à son large succès de samedi face à Parme (4-0), conforte sa première place avec trois points d'avance sur son dauphin, le Napoli, huit sur l'Inter et onze sur la Juve.