Le baroud d'honneur d'Hamilton

  • A
  • A
Le baroud d'honneur d'Hamilton
Partagez sur :

F1 - Lewis Hamilton a obtenu samedi la pole position du Grand Prix d'Abu Dhabi.

Lewis Hamilton s'élancera dimanche en pole position du Grand Prix d'Abu Dhabi. Le pilote McLaren Mercedes a en effet signé le meilleur temps des qualifications devant les Red Bull de Sebastian Vettel et Mark Webber. Les Brawn GP de Barrichello et Button s'élanceront des 4e et 5e places, alors que les deux Renault n'ont pas réussi à sortir de la Q1.Webber, Vettel puis Hamilton. Alors que le drapeau à damiers avait déjà été agité, ils ont été trois à s'emparer successivement du meilleur chrono. Le dernier à parler a forcément eu raison et c'est donc Lewis Hamilton qui s'élancera de la pole position, dimanche, sur la piste de Yas Marina. Le pilote McLaren Mercedes n'a pas fait les choses à moitié en claquant un 1'40''948 quand Sebastian Vettel tenait la main en 1'41''615. Une très solide performance qui prouve combien le pilote anglais, officiellement détrôné de son titre de champion du monde il y a quinze jours par Jenson Button, entend terminer la saison en fanfare.Premier des libres 1 puis deuxième des libres 2 et 3, Hamilton semble tout particulièrement apprécier ce tracé qu'il découvre, au même titre que toute la concurrence. Il le découvre peut-être un peu moins que d'autres puisqu'il a pu bénéficier du simulateur McLaren, comme les pilotes Red Bull et Toro Rosso d'ailleurs. Un avantage non négligeable dont il a parfaitement su tirer profit. Ce n'est pas le cas de son coéquipier, peut-être remplacé par Räikkönen la saison prochaine, Heikki Kovalainen, meilleur temps vendredi, mais qui a été contraint à l'abandon en Q2 et s'élancera finalement de la 13e place sur la grille de départ.Renault pas dans le rythmeMalgré cette première place, Lewis Hamilton n'aura sans doute pas la partie facile avec notamment la présence des deux Red Bull de Vettel et Webber suivies des deux Brawn GP de Barrichello et Button. Quatre furieux très motivés, notamment Vettel et Barrichello qui se disputent encore le titre de vice-champion du monde, et qui joueront leur va-tout lors de cette dernière course de la saison. Chez Brawn GP par exemple, on a prévu de jouer le risque maximum à Abu Dhabi. Voilà qui promet pour dimanche.Loin de ce tumulte, et des places d'honneur, Ferrari devra miser sur une stratégie décalée. Car si Schumacher et Massa étaient présents dans le stand de la Scuderia, cela n'a rien changé pour un Räikkönen coincé en Q2. Onzième sur la grille, il est le mieux classé de ceux qui peuvent adapter leur stratégie à l'envi. Pas sûr que cela le comble de joie pour son dernier Grand Prix avec Ferrari. Une dernière encore plus anonyme pour Fernando Alonso qui comme son coéquipier, Romain Grosjean, a été éliminé dès la première partie de la qualification."Nous ne sommas pas très compétitif. Cela fait, trois ou quatre courses que l'ont fait des miracles le samedi. C'était le cas à Suzuka, un circuit spécial ou à Singapour sur une piste particulière et là de retour sur un circuit normal, on est out. Demain, on pourra peut-être faire une bonne course avec une bonne stratégie", convient Fernando Alonso au micro de TF1. Pour Grosjean, qui vit sans doute sa dernière course avec Renault, la déception était terrible. "La voiture ne fait plus partie des meilleures. On le savait... Le comble, c'est que Fernando me gêne lors de mes deux tours rapides", peste le Français coincé en dernière ligne.Le Grand Prix d'Abu Dhabi est à suivre en direct et en intégralité sur Europe 1 dimanche à 14h. Commentaires: Alexandre Delpérier, Dominique Bressot et Julien Fébreau. Et retrouvez les analyses de notre consultant, Alain Prost, tout au long de la saison de F1