Le baroud d'honneur d'Anton

  • A
  • A
Le baroud d'honneur d'Anton
Partagez sur :

Candidat à la victoire finale sur la Vuelta, Igor Anton a dû faire une croix sur ses ambitions au classement général dès les premières difficultés. Mais le Basque a su faire preuve d'orgueil vendredi lors de la 19e étape pour s'imposer en solitaire à Bilbao devant son public. De son côté, Juan José Cobo conserve le maillot rouge à deux jours de l'arrivée à Madrid.

Candidat à la victoire finale sur la Vuelta, Igor Anton a dû faire une croix sur ses ambitions au classement général dès les premières difficultés. Mais le Basque a su faire preuve d'orgueil vendredi lors de la 19e étape pour s'imposer en solitaire à Bilbao devant son public. De son côté, Juan José Cobo conserve le maillot rouge à deux jours de l'arrivée à Madrid. Cela n'effacera pas sa déception d'avoir échoué dans sa quête de maillot rouge sur cette Vuelta 2011, mais Igor Anton s'est offert un moment de pur bonheur, sans doute inoubliable pour lui, en s'imposant en solitaire vendredi à Bilbao. Pour le grand retour du Tour d'Espagne au Pays Basque - une première depuis 33 ans ! -, le coureur d'Euskaltel, né à Galdakao en plein coeur de la Biscaye, a en effet parfaitement su répondre aux attentes des milliers de supporters massés sur la route de cette 19e étape disputée sur 158 kilomètres entre Noja et Bilbao. Présent dans l'échappée du jour, qui a compté jusqu'à six minutes d'avance, Anton a construit son succès dans la dernière bosse, l'Alto El Vivero, classée en deuxième catégorie et située à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée, où, grâce notamment à l'aide de son coéquipier Gorka Verdugo, il a réussi à lâcher l'Italien Marzio Bruseghin (Movistar). Porté par les encouragements de la foule, le coureur de 28 ans a réussi à résister au retour du Transalpin (2e à 41") pour une victoire triomphale à Bilbao. Dans le groupe des favoris, le Team Sky a tenté d'inverser les rôles avec Bradley Wiggins qui a préparé le terrain pour Christopher Froome, mais l'attaque du Britannique n'était pas assez tranchante pour décrocher Juan José Cobo qui n'a pas perdu de temps. A l'avant-veille de l'arrivée à Madrid, Froome n'a quasiment plus aucune chance de combler ses treize secondes de retard. L'étape de samedi, avec deux cols de première catégorie situés à plus de 50 km de l'arrivée, ne semble en effet pas assez sélective pour permettre à l'Anglais de reprendre le maillot rouge. A moins que...