Le Barça tout-puissant

  • A
  • A
Le Barça tout-puissant
Partagez sur :

Contrarié par Valence (2-2) en milieu de semaine, le FC Barcelone a corrigé l'Atletico Madrid (5-0) samedi à l'occasion du choc de la 6e journée de Liga. Bien aidé par le triplé réalisé par Lionel Messi au Camp Nou, le club catalan a répondu au Real Madrid, large vainqueur de son côté du Rayo Vallecano (6-2), là aussi grâce à un triplé, celui de Cristiano Ronaldo.

Contrarié par Valence (2-2) en milieu de semaine, le FC Barcelone a corrigé l'Atletico Madrid (5-0) samedi à l'occasion du choc de la 6e journée de Liga. Bien aidé par le triplé réalisé par Lionel Messi au Camp Nou, le club catalan a répondu au Real Madrid, large vainqueur de son côté du Rayo Vallecano (6-2), là aussi grâce à un triplé, celui de Cristiano Ronaldo. Les semaines se suivent et se ressemblent pour le FC Barcelone. Un club catalan qui a pris l'habitude de partager les points en milieu de semaine avant de passer ses nerfs le week-end sur ceux qui se dressent en travers de sa route. Sept jours après avoir vu leurs favoris atomiser Osasuna (8-0), les habitués du Camp Nou ont eu droit samedi à une nouvelle représentation des Blaugrana. L'adversaire, cette fois, présentait un autre pedigree que celui du club jadis fréquenté par Cesar Azpilicueta puisque l'Atletico Madrid et son éternelle ambition justifiée par la présence dans ses rangs de Radamel Falcao se déplaçait en Catalogne. Après avoir fait parler la poudre à six reprises sur les trois derniers matches des Matelassiers, le buteur colombien a cette fois été contraint au mutisme. La faute à un Barça retrouvé qui aura tué tout suspense en 26 minutes à peine. Le temps pour Villa, parfaitement servi par Xavi, d'ouvrir le score à l'aide d'un tir croisé à ras de terre (1-0, 9e), avant que Miranda ne trouve le chemin de ses propres filets après que Courtois a repoussé un tir de Messi, en position illicite au départ de l'action (2-0, 15e). L'Argentin, double passeur à Mestalla, retrouve son costume fétiche, celui de buteur, pour mettre les siens à l'abri en concluant un slalom d'une frappe au premier poteau (3-0, 26e). Varane comme Zlatan ! La pause n'est pas atteinte que l'issue de cette affiche de la 6e journée de Liga est déjà connue. Le deuxième acte ne donne lieu à aucune révolution, le Barça et son nouveau 3-4-3 continuant à dominer les débats de la tête et des épaules. Courtois s'impose face à Messi (53e) mais ne peut empêcher le double Ballon d'Or de signer un doublé après un nouvel exploit personnel (4-0, 78e). Et un triplé dans les ultimes secondes, le n°10 croisant victorieusement un nouveau tir du gauche (5-0, 90+1e). Et les champions d'Espagne de s'offrir un troisième succès cette saison, bienvenu après trois matches nuls lors des quatre dernières sorties blaugrana, dont deux après avoir mené au score. Un succès net et sans bavure qui permet au Barça de griller la politesse à son meilleur ennemi, le Real Madrid, vainqueur plus tôt dans la soirée de son voisin du Rayo Vallecano (6-2). Un promu qui avait pourtant douché le Bernabeu en ouvrant le score dès la 15e seconde de jeu grâce à Michu avant de se heurter au réveil merengue, Cristiano Ronaldo y allant lui aussi de son triplé (39e, 51e sp, 84 sp) pour remettre la Maison Blanche sur les bons rails. Remplaçant au coup d'envoi, Benzema aura également participé à la fête en signant son 3e but de la saison (73e), quelques minutes après la réalisation spectaculaire de Varane, le transfuge de Lens fêtant sa deuxième titularisation dans le championnat espagnol d'un but en aile de pigeon (67e). Prometteur, comme ce duel entre deux ogres de la Liga séparés par un tout petit point après ces festivals de buts.