Le Barça sans forcer

  • A
  • A
Le Barça sans forcer
Partagez sur :

FOOTBALL - Vainqueur mercredi à Abu Dhabi des Mexicains d'Atlante (3-1), le Barça tentera samedi de devenir champion du monde des clubs face aux Argentins d'Estudiantes.

En quête d'un nouveau titre, le Barça s'est qualifié mercredi à Abu Dhabi pour la finale du Championnat du monde des clubs en dominant les Mexicains d'Atlante (3-1).Avant Noël, Barcelone pourrait bien compléter sa vitrine de trophées. Une victoire en Championnat du monde des clubs, que les Catalans n'ont encore jamais remporté, permettrait aux champions d'Europe d'écrire une ligne de plus à leur légende. Opposés aux Mexicains d'Atlante FC, ce mercredi soir à Abu Dhabi, les Blaugrana ont mis une demi-heure à vraiment entrer dans cette demi-finale. Mais dès qu'ils ont haussé le ton, il n'y a plus eu photo (3-1). Il ne faudra peut-être pas attendre tant pour prendre la mesure d'Estudiantes La Plata, qui a écarté les Pohang Steelers (2-1), samedi prochain en finale. Les Argentins, guidés par Veron, seront autrement plus dangereux.Au jeu de la conservation du ballon, Atlante n'a pas vraiment fait le poids. Rien d'étonnant contre le Barça. Mais à celui des occasions, ce sont bien les Mexicains qui ont dominé les débats. Notamment en début de match. Cinq minutes leur ont suffi pour ouvrir le score: sur un long dégagement de Vilar, la défense blaugrana s'est laissée piéger par le rebond ce qui a profité à Rojas, auteur d'un joli lob sur Valdès (1-0, 5e). Cueillis à froids, les Catalans ont même failli en prendre un deuxième quand, lancé dans la profondeur, Navarro a manqué de lucidité en cherchant un centre au lieu de frapper (11e). Le genre d'occasion qui, face aux Barcelonais, laisse des regrets.L'entrée décisive de MessiCar peu à peu, les hommes de Josep Guardiola ont remis le pied sur le ballon, enchaînant les passes dans le camp adverse et les tentatives lointaines peu précises, comme celles d'Iniesta (26e) et Touré (30e). Résultat: ils ont fini par égaliser sur un corner de Xavi que Busquets, à l'affût au second poteau, est venu convertir en poussant le cuir au fond des filets (1-1, 35e). Sans trop hausser le rythme, le Barça est parvenu à revenir à hauteur de l'Atlante. Alors dès qu'il a accéléré, il n'a eu aucun mal à lui mettre la tête sous l'eau. L'entrée en jeu de Messi après la pause a été le détonateur. Sur son premier ballon donné par Ibrahimovic, l'Argentin a devancé Vilar pour doubler la mise (2-1, 55e).Un but qui a condamné les espoirs mexicains. Surtout qu'il en a appelé un troisième, synonyme de coup de massue: sur le côté gauche de la surface, Iniesta a donné le tournis à la défense aztèque et, après quelques dribbles chaloupés, a servi Pedro dans un mouchoir de poche, le jeune attaquant espagnol ne loupant pas l'occasion de fusiller à bout portant Vilar (3-1, 67e). La réaction de l'Atlante repoussée par Valdes et signée Marquez, qui a profité d'une erreur d'Abidal (76e), n'a rien changé. Si ce n'est montrer que, lorsqu'ils jouent trop faciles, les Catalans sont prenables. Malheureusement pour leurs adversaires, ce n'est pas très fréquent. Tant pis pour l'Estudiantes ?