Le Barça s'en sort très bien

  • A
  • A
Le Barça s'en sort très bien
Partagez sur :

Les Blaugrana ont joué avec le feu ce mercredi à Valence (2-2). Malmenés et clairement pris à défaut dans leur nouveau système à 3 défenseurs, les Catalans ont longtemps couru après le score avant de finir très fort, d'égaliser et de manquer de l'emporter face à une équipe qui perd ainsi la tête du classement. Un résultat nul qui ne profite pas au Real Madrid tenu en échec à Santander lors de cette 5e journée.

Les Blaugrana ont joué avec le feu ce mercredi à Valence (2-2). Malmenés et clairement pris à défaut dans leur nouveau système à 3 défenseurs, les Catalans ont longtemps couru après le score avant de finir très fort, d'égaliser et de manquer de l'emporter face à une équipe qui perd ainsi la tête du classement. Un résultat nul qui ne profite pas au Real Madrid tenu en échec à Santander lors de cette 5e journée. Guardiola a choisi. Il a bien failli le regretter. En recomposant son 3-4-3 si brillant face à Osasuna (8-0), il a mis son équipe en grand danger face à Valence. Une volonté tactique ambitieuse et finalement périlleuse face au pressing de Valenciens efficaces et brillants pendant longtemps, notamment sur le flanc gauche d'un certain Jérémy Mathieu. Les velléités offensives de Dani Alves y sont peut-être pour quelque chose, à moins que les errements de Mascherano qui avait rendu service la saison dernière dans un dispositif à quatre aient sauté aux yeux. Toujours est-il que Jérémy Mathieu effectue un premier déboulé, il centre et oblige Abidal à un but contre-son-camp (1-0, 12e). Le Mestalla ne va cependant pas pavoiser longtemps puisque deux minutes plus tard Messi lance Pedro dans le dos de la défense pour l'égalisation au premier poteau (1-1, 14e) ! Malgré tout, les difficultés des Catalans se confirment rapidement. Car si Rami est en difficultés face à Messi (20e), c'est bien un contre-exemple. Car Mathieu, lui, a des jambes : il prend encore son couloir et centre vers Pablo Hernandez, tout seul, qui se fait un plaisir de tromper Valdés (2-1, 23e). Abidal était seul face à Soldado et Hernandez pour une défense livrée à elle-même. Si Unai Emery demande à ses joueurs de serrer les lignes, la défense du Barça se met encore en évidence : Mascherano se troue, Mathieu en profite encore et centre parfaitement. Si Valdés effleure le ballon, celui-ci arrive sur Soldado qui manque inexplicablement le cadre (41e) ! Fabregas sauve le Barça C'en est trop pour Guardiola qui repasse à une défense à quatre à la reprise. Cela permet à son équipe de retrouver des couleurs. Mais l'entraîneur effectue tout de même deux changements à la 59e avec les sorties de Keita et Pedro remplacés par Adriano et Villa, ovationné par le Mestalla. Mais il semble que "Pep" a des envies offensives puisqu'il sort Puyol pour lancer Thiago Alcantara pour un nouveau passage à trois en défense. Cette fois, cela tient mieux et Mascherano (en défense centrale) envoie un missile sur la transversale (68e). Messi part ensuite plein axe, il résiste à Rami mais ne peut frapper (75e). Ce n'est que partie remise puisque l'Argentin sert parfaitement Fabregas qui vient tromper Guaita (2-2, 76e). Le Barça est désormais très nettement le patron sur le terrain. Une vision plus habituelle face à une formation de Valence touchée physiquement après une première partie de rencontre impressionnante. Souvent à la limite et pris en position de hors-jeu, les Blaugrana sont pourtant à deux doigts de l'emporter lorsque Messi trouve Villa qui manque son face-à-face avec Guaita (89e). L'Argentin réclamera même un penalty pour une faute de Miguel pendant les arrêts de jeu mais il n'aura pas gain de cause. Au final, le Barça peut garder le sourire pour son court déplacement retour. C'est d'autant plus un bon point que dans le même temps, le Real Madrid a coincé pour une deuxième fois consécutive. Après un revers sur le terrain de Levante (1-0), les Madrilènes ont été tenus en échec par le Racing Santander (0-0). Une prestation très décevante sur fond de chamailleries entre Mourinho et son groupe qui n'a guère goûté les critiques à l'encontre de Khedira. Le Real n'est que 7e mais seulement à une petite longueur du Barça. Rien de grave...