Le Barça roi d'Europe !

  • A
  • A
Le Barça roi d'Europe !
Partagez sur :

Moins de vingt-quatre heures après les footballeurs, les handballeurs de Barcelone ont remporté la Ligue des champions, dimanche, après leur victoire en finale à Cologne face à Ciudad Real (27-24). Portés par un Danijel Saric invincible dans son but, les Catalans sont titrés pour la huitième fois de leur histoire.

Moins de vingt-quatre heures après les footballeurs, les handballeurs de Barcelone ont remporté la Ligue des champions, dimanche, après leur victoire en finale à Cologne face à Ciudad Real (27-24). Portés par un Danijel Saric invincible dans son but, les Catalans sont titrés pour la huitième fois de leur histoire. Alors que Lionel Messi, Xavi et autres David Villa défilaient sur les Ramblas à Barcelone, les collègues handballeurs ont eux aussi assis leur domination sur l'Europe. Dimanche, du côté de l'Arena de Cologne, le Barça a en effet remporté la huitième Ligue des champions de son histoire, la première depuis 2005, en battant presque facilement Ciudad Real en finale (27-24). Après avoir stoppé le règne long de quatre ans du club de La Mancha en championnat, les Catalans ont donc étendu leur domination à l'Europe entière. Une victoire méritée, que le Barça a décroché grâce à un collectif bien plus huilé que celui de Ciudad Real, qui a trop souvent choisi de privilégier la solution individuelle. Symbole de cette domination, la performance de Jesper Noddesbo au poste de pivot. Parfaitement trouvé par ses arrières, le Danois s'est régalé avec un joli 8/9 aux tirs. L'autre grand bonhomme du match s'appelle Danijel Saric, écoeurant de facilité dans son but dans les moments importants (21 arrêts à 48%). De son côté, Cédric Sorhaindo aura marqué un but, et remporté sa première Ligue des champions. En face, la petite troupe de Talant Dushebaev a souffert. Même en début de match, quand les équipes se regardaient encore les yeux dans les yeux (9-9, 20e), les Castillans semblaient en surrégime. C'est Saric qui s'est ensuite chargé de dégoûter les tireurs, à l'image d'un Luc Abalo en difficulté, trimbalé de l'aile au poste d'arrière (3/6 aux tirs). En retard au retour des vestiaires (17-12, 39e), les coéquipiers de Didier Dinart n'auront jamais réussi à trouver de la continuité dans leur jeu, pour finalement échouer à trois buts et définitivement laisser l'hégémonie du handball espagnol et européen au Barça.