Le Barça maître du monde

  • A
  • A
Le Barça maître du monde
Partagez sur :

Deux ans après, le FC Barcelone est de nouveau la meilleure équipe du monde. Déjà vainqueur de la Liga espagnole et de la Ligue des champions cette saison, le Barça a remporté dimanche à Yokohama la finale de la Coupe du monde des clubs aux dépens des Brésiliens de Santos (4-0). Une semaine après son succès à Madrid, cette nouvelle démonstration force le respect de la planète football.

Deux ans après, le FC Barcelone est de nouveau la meilleure équipe du monde. Déjà vainqueur de la Liga espagnole et de la Ligue des champions cette saison, le Barça a remporté dimanche à Yokohama la finale de la Coupe du monde des clubs aux dépens des Brésiliens de Santos (4-0). Une semaine après son succès à Madrid, cette nouvelle démonstration force le respect de la planète football. Santos, institution mythique du ballon rond sud-américain, rêvait de faire chuter le grand Barça. Avec les étoiles en devenir que sont Neymar et Ganso dans ses rangs, la formation rendue célèbre par le "Roi" Pelé abordait ce rendez-vous tant attendu depuis la victoire en Copa Libertadores avec une ambition certaine. Folle et démesurée diront certains. Le technicien auriverde, Muricy Ramalho, pensait détenir la formule secrète pour contrecarrer les desseins ibériques et le talent de Lionel Messi. Son 5-3-2 déployé au coup d'envoi devait contenir les vagues blaugranas et les éclairs de ses éléments offensifs faire la différence en contre. De match, en réalité, il n'y en a pas eu. Comme le suspense d'une rencontre de football qui devient si prévisible dès lors que les artistes catalans entrent en piste... Plié à la mi-temps Dès les premiers instants, le scénario de la partie prenait des allures de déjà-vu, voire de grand classique. Les Barcelonais récitaient leurs gammes, multipliaient les accords bien sentis et monopolisaient le cuir sans même laisser de miettes à l'adversaire. La symphonie prenait forme et les filets ne tardaient pas à danser. Au terme d'un magnifique jeu à trois développé sur le côté droit, Xavi, après un magnifique contrôle d'une aile de pigeon, trouvait Messi au coeur de la zone de vérité. Le joyau argentin se présentait seul devant un Rafael qu'il crucifiait d'un ballon piqué parfait (1-0, 17e). Affichant une possession balle avoisinant les 75%, les Blaugranas étouffaient leurs adversaires et voyaient logiquement leur domination récompensée quand le maître à jouer Xavi, bien servi par Dani Alves, doublait la mise d'une frappe chirurgicale à ras de terre (2-0, 24e). La tête sous l'eau, Neymar, très timide, et ses coéquipiers continuaient de subir. Fabregas touchait du bois (29e) avant d'enfoncer le clou juste avant le retour aux vestiaires au terme d'une action une nouvelle fois initiée par le génial Messi (3-0, 45e). Messi s'offre le doublé Au cours du second acte, et malgré un repositionnement tactique judicieux les voyant évoluer plus haut sur le terrain, les Brésiliens éprouvaient toujours autant de difficultés à exister. Fabregas manquait de peu le quatrième but (46e) avant que Messi (54e), Iniesta (56e) et Alves, sur le poteau (80e), échouaient à corser l'addition. En fin de partie, le Ballon d'Or 2010 parvenait à s'offrir un doublé en effaçant le portier adverse d'un maître crochet malgré un contrôle un peu long sur sa prise de balle (4-0, 82e). Une réalisation entérinant définitivement le triomphe catalan, le deuxième de l'histoire du Barça dans l'épreuve après 2009. Et confirmant que le meilleur joueur de la planète football évolue au sein d'une formation tout simplement intouchable en ce moment...