Le Barça, deux de chute !

  • A
  • A
Le Barça, deux de chute !
Partagez sur :

Evoluant en deuxième division espagnole, le Betis Séville peut être fier de lui ! Certes corrigée 5-0 par le Barça en quarts de finale aller de la Coupe du Roi, l'équipe andalouse s'est en effet offert au retour le scalp du leader de la Liga (3-1), qui concède ainsi son deuxième revers de la saison, son premier après 28 matches sans défaite. Une défaite qui n'empêchera pas les Catalans de disputer les demi-finales.

Evoluant en deuxième division espagnole, le Betis Séville peut être fier de lui ! Certes corrigée 5-0 par le Barça en quarts de finale aller de la Coupe du Roi, l'équipe andalouse s'est en effet offert au retour le scalp du leader de la Liga (3-1), qui concède ainsi son deuxième revers de la saison, son premier après 28 matches sans défaite. Une défaite qui n'empêchera pas les Catalans de disputer les demi-finales. Après Hercules Alicante de David Trezeguet, venu surprendre le Barça au Camp Nou lors de la 2e journée du Championnat espagnol (2-0), le Betis Séville est la deuxième équipe à faire chuter les doubles champions d'Espagne cette saison. Un petit exploit pour une formation évoluant en deuxième division ibérique, dont elle est d'ailleurs le solide leader, même si son adversaire du soir, une semaine après sa large victoire 5-0, se présentait mercredi avec une formation profondément remaniée par Pep Guardiola: notamment en défense, avec au côté de Piqué, seul titulaire habituel, Maxwell, Milito et Adriano. Au milieu, Keita et Mascherano débutent avec Xavi, tandis que devant, le néo-Barcelonais Affelay, transfuge du PSV, est aligné côté gauche avec Bojan en pointe, Messi à droite. Un onze new look qui ne met guère longtemps à étaler ses limites, particulièrement défensives, puisque 70 secondes suffisent au Betis pour ouvrir le score: côté droit, Salva Sevilla frappe un coup franc fort devant le but, Molina surgit au premier poteau et trompe Pinto, titularisé à la place de Valdes (1-0, 2e). La mauvaise blague se poursuit cinq minutes plus tard pour le portier catalan qui s'incline sur un pointu du même homme, Molina, plus rapide que la charnière centrale catalane sur un service millimétré d'Ezequiel (2-0, 7e). Inutile de dire que cette entame de match n'est guère du goût de Guardiola qui voit encore sa défense prendre un courant d'air sur un ballon plein axe pour Molina, repris in extremis par Piqué (16e). Messi manque un penalty ! Il faut attendre la 19e minute pour voir le Barça se montrer, sur deux tentatives d'Affelay sorties par Casto, avant que Messi ne sonne véritablement le réveil en se débrouillant comme un grand pour effacer deux adversaires et aller tromper du gauche Casto (2-1, 38e). Mais le Betis a décidé de faire la fête et juste avant le retour aux vestiaires, il reprend le large sur une belle reprise à l'aveugle d'Arzu qui laisse Pinto de marbre (3-1, 45e+1). Un score qui ne bougera pas après le repos en dépit du poteau trouvé par Nacho, qui manque de peu la balle de 4-1 pour Séville (67e), et surtout de ce penalty sifflé par l'arbitre en faveur de Messi, dont le tir croisé dans la surface est involontairement stoppé de la main par Isodoro, mais l'Argentin frappe au-dessus (54e) ! Une péripétie sans conséquence pour Barcelone, qui rejoint le FC Séville et Almeria en demi-finales, mais qui sonne comme une occasion manquée de prouver leur valeur pour les habituels remplaçants titularisés ce mercredi soir à Séville. Au moins, Pep Guardiola sait à quoi s'en tenir...