Le Barça attend le Real

  • A
  • A
Le Barça attend le Real
Partagez sur :

A quatre jours du clasico en Liga, à Madrid, le Barça, fort de son avantage de quatre buts construit à l'aller au Camp Nou, s'est qualifié mardi, à Donetsk, pour le dernier carré de la Ligue des Champions en s'imposant (0-1) sur le terrain du Shakhtar grâce au 48e but de la saison de Leo Messi. Pour leur treizième demi-finale de Coupe d'Europe des clubs champions ou de Ligue de Champions, les Catalans attendent là aussi les Madrilènes...

A quatre jours du clasico en Liga, à Madrid, le Barça, fort de son avantage de quatre buts construit à l'aller au Camp Nou, s'est qualifié mardi, à Donetsk, pour le dernier carré de la Ligue des Champions en s'imposant (0-1) sur le terrain du Shakhtar grâce au 48e but de la saison de Leo Messi. Pour leur treizième demi-finale de Coupe d'Europe des clubs champions ou de Ligue de Champions, les Catalans attendent là aussi les Madrilènes... Six buts à un sur les deux matches: il n'y a pas eu photo dans ce quart de finale de Ligue des Champions entre le géant barcelonais et l'ambitieux Shakhtar de Mircea Lucescu qui, au final, n'aura pu que constater le fossé, qui sépare la formation ukrainienne du très haut niveau européen. A quatre jours d'un clasico à Santiago Bernabeu, qui pourrait lui permettre de sceller le sort de la Liga, le Barça, premier club européen à s'imposer dans la Dionbass Arena (0-1), a livré une partition solide et sereine que son stratège et phénomène argentin, Leo Messi, a ciselé d'un 48e but cette saison, nouveau record du club dans une saison ! Après l'avoir égalé face à Almeria, Messi, auteur de sa neuvième réalisation en dix matches de Ligue des Champions, dépasse le record de Ronaldo, toutes compétitions confondues ! Indispensable Messi que Pep Guardiola, à la différence de Xavi, Piqué ou Villa, par ailleurs transparent sur ce match, gardera sur le terrain jusqu'au coup de sifflet final. Un Messi record ! Difficile au coup d'envoi de déceler une once de suspense que les déclarations de Guardiola sont loin de susciter. L'entraîneur barcelonais, s'il aligne ses stars Messi et Villa en attaque, profite de ce match retour sans pression et de la suspension d'Iniesta pour lancer la jeune recrue du dernier mercato hivernal, le Néerlandais Ibrahim Afellay. Ou tester encore Xavier Mascherano au poste de défenseur central en lieu et place d'un Sergio Busquets, qui monte d'un cran. Mais devant les 52 000 spectateurs de la Donbass Arena, où le Shakhtar a concédé le week-end passé la première défaite de son histoire, les hommes de Lucescu se lancent crânement à l'assaut des géants catalans. Comme au Camp Nou, lors du match aller, Donetsk s'offre la premièe opportunité par Jadson, qui, des 25 mètres, adresse un amour de passe dans le dos de la défense à Douglas Costa, dont la frappe du gauche à bout portant trouve un Victor Valdès bien présent (8e). Si le Barça fait le dos rond, il faut patienter jusqu'à la demi-heure de jeu pour voir les Blaugrana se signaler sur le but d'Andriy Pyatov. Servi dans la surface côté gauche, Adriano, qui a bien pris son couloir, contraint le gardien ukrainien à la parade dans un angle fermé (30e). Dans la foulée, c'est Messi qui sort de sa boîte et, après un sombrero sur son vis-à-vis, ne trompe pas un Pyatov attentif sur sa tentative de lob (31e). Le génial Argentin donne du même coup le signal du réveil de son équipe. Alors que le jeune Affelay, placé à gauche, tente de se mettre au diapason de ses coéquipiers, qui ciblent le côté droit d'une défense où l'absence du capitaine Srna se fait ressentir au fil des minutes. C'est pourtant à gauche que le Barça trouve la faille ; à quarante mètres du but, Messi alerte Daniel Alves, qui temporise avant de retrouver plein axe son attaquant, dont l'enchaînement dribble-frappe chirurgicale ne laisse aucune chance à Pyatov (0-1, 43e). Si ce n'est un coup à la tête, reçu par Gerard Piqué, qui reste au sol plusieurs minutes, mais se relève finalement sans dommage, et rappelle la proximité du clasico samedi, le Barça vit une soirée bien tranquille. D'autant plus que le Shakhtar semble bien en peine de menacer son adversaire, à l'image de ses artistes brésiliens en net retrait, et se signale plutôt par de mauvais gestes, comme sur ce vilain tacle d'Henrikh Mikhitaryan sur Mascherano, sanctionné d'un carton jaune (54e). Là où Messi signe en contre un slalom exceptionnel, efface trois défenseurs et délivre une merveille de passe pour Affelay, dont la frappe enroulée trouve la parade exceptionnelle de Pyatov (59e). Victor Valdes n'est pas en reste pour sortir la tentative à bout portant de Mikhitaryan (74e). En l'espace de quelques jours, le Shakhtar aura perdu son invincibilité à domicile en championnat comme en Coupe d'Europe. Le Barça, lui, attend la qualification, en très bonne voie de son rival madrilène -le Real s'est imposé (4-0) à l'aller face à Tottenham- pour une probable et incroyable série de quatre clasico (*). (*) Le match retour de Liga samedi, à Santiago-Bernabeu, la finale de Coupe du Roi, le 20 avril et les deux matches éventuels de demi-finales de Ligue des Champions.