Le Barça à l'énergie

  • A
  • A
Le Barça à l'énergie
Partagez sur :

En difficulté durant une heure de jeu, le Barça est parvenu à battre Almeria (3-1), conservant huit points d'avance sur le Real Madrid à une semaine du clasico à Santiago Bernabeu. Privé de Puyol, Busquets, Valdes et laissant Villa sur le banc, Pep Guardiola a pu s'appuyer sur Messi auteur d'un doublé après près d'un mois sans le moindre but...

En difficulté durant une heure de jeu, le Barça est parvenu à battre Almeria (3-1), conservant huit points d'avance sur le Real Madrid à une semaine du clasico à Santiago Bernabeu. Privé de Puyol, Busquets, Valdes et laissant Villa sur le banc, Pep Guardiola a pu s'appuyer sur Messi auteur d'un doublé après près d'un mois sans le moindre but... Pep Guardiola avait prévenu. Alors que tous s'accordaient à dire que le titre était quasiment joué après la 30e journée ayant conduit à un écart de huit points entre le Barça et le Real, l'entraîneur barcelonais avait appelé ses troupes à la prudence. Hors de question de lâcher des points face à Almeria à une semaine du clasico retour, très attendu après la démonstration des Blaugranas à l'aller (5-0). Une méfiance que Guardiola justifiait également par quelques difficultés passées : "L'an passé nous avions eu un tas de problèmes à domicile contre Xerez et Tenerife", avouait l'ancien milieu de terrain en conférence de presse vendredi, faisant référence à deux matches de fin de saison que le Barça avait pourtant remporté 3-1 et 4-1 ! Simple respect envers une équipe lanterne rouge étrillée en Andalousie à l'aller (8-0 !) et auteur d'un nul face au Real en janvier (1-1) ou mauvais pressentiment alors que Puyol, Busquets et Valdes manquaient à l'appel, blessés ou suspendus et que le trident Messi-Villa-Pedro n'avait pas inscrit le moindre but depuis neuf matches ? Le début de rencontre semble en tout cas lui donner raison. De manière étonnante, le Barça multiplie les passes ratées au milieu au cours d'un premier quart d'heure apathique où Crusat et Piatti causent même quelques chaleurs à un Gabriel Milito clairement à court de rythme. Mascherano ne jouera pas le clasico... Crusat, né à Barcelone mais formé à l'Espanyol, se paye même le luxe de slalomer entre deux Argentins, Milito dépassé voyant Mascherano faucher le vif Espagnol. L'ancien Red, averti, se voit priver de clasico, étant sous le coup d'une suspension. Un vrai coup dur pour Guardiola alors que l'ancien joueur de River Plate montait en puissance, remplaçant Busquets décalé en défense en l'absence de Puyol. Bojan également touché, Villa fait son entrée à la demi-heure de jeu. Le meilleur buteur de l'histoire de la sélection espagnole, en panne de buts depuis sept matches, voit une belle occasion d'enfin relancer son compteur. Peine perdue en première période puisque le Barça ne parvient que trop peu à inquiéter Diego Alves. Au point de sans doute satisfaire le nouvel entraîneur des Andalous, Roberto Olabe, ravi de voir les siens tenir le nul à la pause. Le Barça repart pourtant tambour battant, enfin en mesure d'esquiver la tenaille installée dans l'entrejeu par Almeria. Servi dans l'axe, Villa pénètre dans la surface avant de croiser sa frappe. Battu, Alves voit le ballon ricocher sur son poteau droit avant de sortir (0-0, 49e). Toujours muet, l'ancien Valencian assiste, médusé comme l'ensemble du public du Nou Camp, au contre victorieux d'Almeria. A deux contre un, Milito ne peut couper la trajectoire de la passe de la flèche Piatti, couvrant bien maladroitement Corona qui s'en va tromper Pinto (0-1, 50e). Et la lanterne rouge de faire taire un Nou Camp totalement surpris par la tournure des événements. Messi égale Ronaldo Pas pour longtemps puisque Villa obtient un penalty logique trois minutes plus tard, fauché par Diego Alves sur la gauche de la surface. Sans trembler, Messi exécute la sentence, marquant son premier but depuis son doublé face à Arsenal le 7 mars dernier (1-1, 53e). Pedro ne dispose pas de la même adresse trois minutes plus tard au moment de marquer dans un but laissé vide par Diego Alves qui avait déjà réalisé l'exploit face à Villa. Mais l'Espagnol frappe à côté (1-1, 56e) ! Simple contretemps puisque Thiago Alcantara, titularisé au milieu, donne l'avantage aux Catalans sur corner, prenant le dessus de la tête sur l'expérimenté Acasiete (2-1, 62e), inscrivant son premier but en championnat cette saison après avoir ouvert son compteur en Coupe le 20 février dernier face... à Almeria (3-0) ! Les Andalous jouant leur va-tout dans les derniers instants, Messi en profite, Silva manquant totalement son intervention. L'Argentin, opportuniste en profite, contrôle de la poitrine avant de décocher son fameux petit ballon piqué pour tromper Alves (3-1, 92e). Le double Ballon d'Or en profite pour dépasser Cristiano Ronaldo au classement des buteurs et rejoindre un autre Ronaldo, le Brésilien cette fois, avec 47 buts en une saison sous le maillot blaugrana... Un record déjà égalé en 2010, Messi ayant cette fois encore une dizaine de matches pour le battre. Guardiola peut remercier son stratège. Sans briller, le Barça conserve son pécule et se présentera à Santiago Bernabeu samedi avec un matelas confortable de huit points d'avance. Ce sommet n'en aura pourtant pas moins de saveurs, comme une belle répétition à une demi-finale de Ligue des champions déjà cochée par beaucoup...