Le Ballon d'Or est catalan

  • A
  • A
Le Ballon d'Or est catalan
Partagez sur :

Andres Iniesta, Lionel Messi et Xavi Hernandez, tels sont les trois derniers candidats au Ballon d'Or 2010. Les trois Barcelonais sont sortis du lot des 23 prétendants initiaux à l'issue d'un vote dévoilé en partie ce lundi au siège de la rédaction de France Football. Et il se murmure déjà en coulisses que le premier, auteur du but espagnol victorieux en finale de la Coupe du monde, raflerait la mise.

Andres Iniesta, Lionel Messi et Xavi Hernandez, tels sont les trois derniers candidats au Ballon d'Or 2010. Les trois Barcelonais sont sortis du lot des 23 prétendants initiaux à l'issue d'un vote dévoilé en partie ce lundi au siège de la rédaction de France Football. Et il se murmure déjà en coulisses que le premier, auteur du but espagnol victorieux en finale de la Coupe du monde, raflerait la mise. Le suspense était certes éventé mais les contestataires dans l'âme pourront toujours regretter l'absence sur le podium du Ballon d'Or 2010 d'un joueur tel que Wesley Sneijder, auteur du triplé Coupe d'Italie-Scudetto-Ligue des champions avec l'Inter Milan la saison passée et finaliste de la Coupe du monde avec les Pays-Bas. Remettre en question les trois finalistes de cette course à la distinction individuelle suprême n'aurait toutefois pas de sens. Difficile en effet de trouver illégitime l'un des membres du triangle d'or du Barça: Andres Iniesta, Lionel Messi et Xavi Hernandez. Les trois hommes, dont le nom a été retenu ce lundi à Boulogne-Billancourt, au siège de la rédaction du bi-hebdomadaire France Football, sont arrivés en tête des votes des journalistes spécialisés, sélectionneurs et capitaines des 208 pays affiliés à la Fifa - fusion avec le prix de meilleur joueur Fifa de l'année oblige. Un véritable plébiscite donc, pour le FC Barcelone notamment (*) et le beau jeu en particulier, ces trois champions d'Espagne en titre pouvant se targuer d'incarner à merveille l'âme d'une équipe catalane considérée aujourd'hui comme la plus spectaculaire au monde. Le 10 janvier prochain néanmoins, il ne pourra en rester qu'un. Sur la scène de l'Opéra de Zurich, non loin du siège de la Fifa, Messi se succèdera à lui-même au palmarès du Ballon d'Or, ou cèdera la main à l'un de ses coéquipiers blaugrana. Une seconde issue plus probable, sans doute, bien que l'Argentin, meilleur buteur de la Liga et de la Ligue des champions au terme de l'exercice 2009-2010, ait encore éclaboussé de toute sa classe le football mondial en 2010. Selon la logique qui veut que le meilleur joueur de la planète soit, une fois tous les quatre ans, un champion du monde, Andres Iniesta ou Xavi Hernandez devrait rafler la mise dans un peu plus d'un mois. Avec un avantage certain pour le premier, auteur aux dépens des Pays-Bas du but du sacre espagnol en finale de la Coupe du monde. Les premières fuites, relayées dans El Mundo Deportivo ou La Gazzetta dello Sport, vont en ce sens... (*) Trois joueurs d'un même club dans le tiercé gagnant du Ballon d'Or, seul l'AC Milan avait connu pareil honneur par le passé. En 1988, le Néerlandais Marco van Basten avait été sacré devant ses compatriotes Ruud Gullit et Frank Rijkaard. Rebelote l'année suivante: le buteur batave avait alors conservé sa couronne devant Franco Baresi et Frank Rijkaard.