Le 4-4-2 sur la touche

  • A
  • A
Le 4-4-2 sur la touche
Partagez sur :

Laurent Blanc a profité du caractère amical du France-Etats-Unis de vendredi (1-0) pour tester de nouveaux joueurs au sein d'un 4-4-2 qui n'a pas convaincu le sélectionneur. « Le Président » a réaffirmé sa préférence pour une seule pointe, a priori dans un système en 4-3-3. Et Kevin Gameiro a fait les frais de cette histoire.

Laurent Blanc a profité du caractère amical du France-Etats-Unis de vendredi (1-0) pour tester de nouveaux joueurs au sein d'un 4-4-2 qui n'a pas convaincu le sélectionneur. « Le Président » a réaffirmé sa préférence pour une seule pointe, a priori dans un système en 4-3-3. Et Kevin Gameiro a fait les frais de cette histoire. "Il y a eu des situations en première mi-temps, mais les joueurs concernés ont fait les mauvais choix." Laurent Blanc n'a pas l'habitude de charger ses joueurs mais il ne les cajole pas non plus. Vendredi soir, après le succès de ses Bleus obtenu face aux Etats-Unis (1-0), le sélectionneur tricolore répondait à une question concernant l'avenir du 4-4-2 utilisé en première période avec Benzema et Gameiro en pointe. Ce dernier, plus que passable devant les représentants de la bannière étoilée, ne possède pas le profil idéal pour ce système, juge Blanc: "Kevin Gameiro, on connaît sa qualité, c'est un joueur de rupture et d'espace. Là, les espaces ont été durs à trouver et surtout, il faut un passeur, on ne l'avait pas en première mi-temps. Quand vous jouez avec deux avant-centres, il faut qu'il y en ait un qui décroche pour servir l'autre en profondeur." Au retour des vestiaires, Marvin Martin endossa ce rôle de passeur, décisif quand il loba la défense américaine pour trouver Loïc Rémy, unique buteur de la rencontre. Quand le Sochalien et le Marseillais firent leur apparition autour de l'heure de jeu (64e), pour suppléer respectivement Ribéry et Benzema, l'équipe de France se mua en 4-3-3. Ménez conserva sa place à gauche et Olivier Giroud venait de prendre le relais de Gameiro (59e). Une configuration plus à même de mettre le danger dans le camp adverse. Et Laurent Blanc ne s'en cache pas: "Le système, on le reverra, mais ma préférence va pour un autre système. C'est important toutefois de savoir qu'on peut en changer." Blanc: "Il se crée un espace difficile à animer" Un sentiment que « Le Président » a de nouveau affiché dimanche sur le plateau de Téléfoot: "Le gros problème avec ce système (4-4-2), ce sont les 4 de derrières et les 2 défensifs qui viennent rechercher le ballon... Quand tu veux repartir de derrière, les deux défensifs décrochent et il faut bien combler leur absence au milieu." Une tâche dévolue généralement à deux des quatre attaquants, en l'occurrence Ribéry et Ménez vendredi soir. Sinon "il se crée un espace difficile à animer", juge le sélectionneur. Avec un joueur comme Olivier Giroud, à l'imposant gabarit et adroit notamment de la tête, « Le Président » évoque un autre schéma tactique pour que le buteur montpelliérain agisse en pivot et permette ainsi au bloc de remonter, jouant également en déviation. On l'a bien compris, ce 4-4-2 va être mis de côté par le champion du monde 1998 et son staff même si ce n'est que provisoire et que les circonstances d'un match peuvent aussi décider un retour dans cette organisation. Et si Rémy a marqué des points, avec ce 5e but en Bleu, pour prétendre à une place de titulaire, ce n'est pas le cas de Gameiro. Le Parisien semble de toute façon barré dans un 4-3-3 ou 4-2-3-1.