Lavillenie refroidi

  • A
  • A
Lavillenie refroidi
Partagez sur :

Auteur de la MPM de l'année (5,83 m), établie quatre jours plus tôt à Montreuil, Renaud Lavillenie n'a pu franchir 5,42 m ce samedi à New York, à l'occasion de la 6e étape de la Diamond League dont il est le tenant. Son compatriote Romain Mesnil (5,52 m) s'est imposé devant Brad Walker et Jérôme Clavier dans des conditions météo très difficiles. Ce qui a perturbé le 100 m messieurs adjugé à Mullings en 10"26.

Auteur de la MPM de l'année (5,83 m), établie quatre jours plus tôt à Montreuil, Renaud Lavillenie n'a pu franchir 5,42 m ce samedi à New York, à l'occasion de la 6e étape de la Diamond League dont il est le tenant. Son compatriote Romain Mesnil (5,52 m) s'est imposé devant Brad Walker et Jérôme Clavier dans des conditions météo très difficiles. Ce qui a perturbé le 100 m messieurs adjugé à Mullings en 10"26. Prince de New York en 2010, Renaud Lavillenie a chuté du trône un an plus tard de manière assez surprenante. Bien que les Mondiaux de Daegu constituent naturellement l'objectif majeur de la saison, le perchiste tricolore a fait de la Diamond League, en tant que tenant du titre, un rendez-vous surligné dans son agenda. Cette défense est donc mal engagée avec un zéro enregistré samedi, le licencié de Clermont se montrant incapable de dompter 5,42 m, faut-il souligner, dans un environnement climatique difficile. A Montreuil quatre jours plus tôt, il avait passé 5,43 m à la troisième tentative, avant de s'imposer avec 5,83 m. Une hauteur qui lui permettait de prendre la tête des bilans mondiaux, ce qui rend, au premier abord, la copie new yorkaise pas fameuse mais relativisée par une moyenne générale toute aussi médiocre. Miles, Schulze, Scott ont également échoué à 5,42 m. Pire, l'Allemand Malte Mohr, 5,81 m cette année, signait trois échecs à 5,22 m ! Romain Mesnil, lui, n'est pas tombé dans le piège d'une piste venteuse en franchissant 5,52 m sur sa première tentative, synonyme de victoire devant Brad Walker (5,52 m) et Jérôme Clavier. Un 100 m tronqué Vent et pluie, les conditions observées à l'Icahn Stadium ne s'étaient pas améliorées quand le gros du meeting débuta un peu plus tard à 21 h (heure française). Le premier essai de Teddy Tamgho au triple saut en témoigna, puisque perturbé par un vent contraire mesuré à 5 m/s ! Après deux mordus, le recordman du monde en salle (17,92 m) franchissait 15,55 m malgré -4,4 m/s. De quoi l'inciter à ne pas poursuivre le concours remporté par Phillips Idowu (16,67 m ; -1,9 m/s) devant Christian Olsson (16,29 m ; -3,5 m/s). A l'image de Renaud Lavillenie, les années new yorkaises se suivent et ne se ressemblent pas pour Tamgho. Le 12 juin 2010, il battait son record en frôlant les 18 mètres (17,98 m). Avec cette météo, il ne fallait donc pas miser sur l'affiche de la réunion, le 100 m messieurs, pour vibrer, malgré la présence des deux meilleurs chronos en 2011 : Tyson Gay (9"79) et Steve Mullings (9"80). La dernière course du meeting avait rendu, semble-t-il, nerveux les neuf concurrents à moins qu'il ne s'agisse de la lenteur du starter. Thompson, Padgett et Edwards reçurent en tout cas trois cartons rouges et ce 100 m, après trois faux-départs, se disputa à six. Et gêné par un vent défavorable de 3,4 m/s, Mullings s'imposa dans un chrono de circonstances: 10"26. Le Jamaïcain devança Gay, handicapé par une mise en action assez lente mais dont l'excellent retour faillit être payant.