Lavillenie quitte son nuage

  • A
  • A
Lavillenie quitte son nuage
@ Reuters
Partagez sur :

ATHLÉ - Après 10 victoires et un sacre européen, le Français n'a pas brillé à Londres.

ATHLÉ - Après 10 victoires et un sacre européen, le Français n'a pas brillé à Londres. Renaud Lavillenie avait un doux rêve: faire mieux que la légende Sergueï Bubka, non pas en terme de performance - le Tsar semblant encore intouchable du haut de ses 6,15m - mais en terme de constance. Jamais l'Ukrainien n'était en effet parvenu à rester invaincu sur toute une saison estivale. Or, le Clermontois paraissait bien parti pour signer un tel exploit, lui qui demeurait sur dix concours victorieux depuis son expérience malheureuse aux Championnats d'Europe en salle, en mars dernier. Vendredi à Crystal Palace, théâtre du meeting Diamond League de Londres, le rêve est passé. Sans doute gêné par le cadre humide de la compétition, le récent champion d'Europe de Barcelone a vu ses ambitions s'arrêter net sur une barre perchée à 5,51m. Une barre modeste qui a également eu raison des prétentions de l'Australien Steven Hooker, champion du monde et olympique en titre. Romain Mesnil, lui, a à peine fait mieux. Après avoir franchi 5,31m pour se mettre en jambes, ce dernier a fait l'impasse à 5,51m avant d'échouer trois fois à 5,61m. Finalement non classé dans ce concours remporté par le Polonais Lukasz Michalski grâce à un bond à 5,71m, Renaud Lavillenie n'a toutefois pas tout perdu à Londres. Avant même de tirer sa première perche, l'Auvergnat avait gagné l'assurance de remporter la Diamond League dans sa discipline à la faveur du forfait de l'Allemand Malte Mohr. A condition de se présenter au meeting final de Bruxelles dans deux semaines, l'intéressé a d'ores et déjà son diamant en poche, ou plutôt le trophée de substitution estimé à quelques 10 000 dollars, sans compter les 40 000 dollars alloués au lauréat. La Golden League et son or en barre était un brin plus lucrative...