Lavillenie OK, Lemaitre KO

  • A
  • A
Lavillenie OK, Lemaitre KO
Partagez sur :

Renaud Lavillenie a réussi la MPM de l'année à la perche à Monaco, avec un saut à 5,90 m lors de la 10e étape de la saison de Diamond League. En revanche, le duel entre Usain Bolt et Christophe Lemaitre n'a pas vraiment tenu ses promesses. Cette fois partis à l'heure, le Jamaïquain et le Français se contentent de temps respectifs en 9"88 et 10"03, avec une décevante 5e place pour le recordman de France.

Renaud Lavillenie a réussi la MPM de l'année à la perche à Monaco, avec un saut à 5,90 m lors de la 10e étape de la saison de Diamond League. En revanche, le duel entre Usain Bolt et Christophe Lemaitre n'a pas vraiment tenu ses promesses. Cette fois partis à l'heure, le Jamaïquain et le Français se contentent de temps respectifs en 9"88 et 10"03, avec une décevante 5e place pour le recordman de France. Cette fois, Renaud Lavillenie ne rigole plus. En commençant son concours par une barre tranquillement franchie à 5,60 m, le Français a démoralisé d'entrée Steven Hooker. L'Australien, pour sa rentrée, a échoué à trois reprises à cette hauteur et a dû être consolé dans un coin de la piste par son principal adversaire. On a connu mieux comme reprise... En revanche, Lavillenie en a profité pour tutoyer les cieux, en améliorant la meilleure performance mondiale de six centimètres. Brad Walker avait passé 5,84 m le 16 juin dernier, le champion d'Europe a franchi 5,90 m avec une facilité presque déconcertante. Forcément rassurant, à un peu plus d'un mois des Mondiaux de Daegu, alors que Malte Mohr s'est arrêté à 5,75 m pour prendre la deuxième place. Pas rassasié pour autant, le nouveau meilleur "performeur" de l'année a directement tenté sa chance à 6,05 m. Trois essais pour autant d'échecs, mais Lavillenie avait évidemment le sourire. "Il a manqué un peu de fraîcheur, mais l'essentiel c'était de reprendre la mainmise, a-t-il déclaré devant les caméras de Canal+. J'ai repris une vraie perche de compétition. Ce n'est pas passé loin à 6,05 m, donc c'est une très bonne soirée." Même s'il a toujours demandé de la patience quant à son état de forme, ce genre de remise au point donne forcément un plein de confiance. "Ça fait du bien, ça me remet en tête des bilans et ça me donne peut-être une petite caution pour les Mondiaux." Les spectateurs placés du côté du sautoir ne le regretteront donc pas, d'autant que l'ultra-attendu 100 m n'a pas tenu toutes ses promesses. Perturbés en rien, cette fois-ci, par un quelconque défaut technique, Usain Bolt et Christophe Lemaitre n'ont pas été bien plus performants qu'au Stade de France (sur 200 m). Si le Jamaïquain a réussi son meilleur chrono de la saison, il ne l'a amélioré que de trois centièmes par rapport à ses temps établis à Rome et Ostrava. Un 9"88, Lemaitre s'en serait bien sûr largement contenté, mais le Français n'a de place que pour la déception. Loin d'un éventuel record de France, l'Annécien a terminé 5e en 10"03, derrière Nesta Carter (9"90), Michael Rodgers (9"96) et Michael Frater (10"01). Baala et Mekhissi Benabbad se frappent ! "Je suis extrêmement déçu. J'ai fait un bon départ, mais je n'ai pas retrouvé mes sensations. J'ai l'impression d'avoir été mou. Je n'ai pas réussi à reproduire le schéma de course que j'ai travaillé. C'est la première fois cette année que j'enchaîne les courses de Diamond League, donc je suis peut-être un peu fatigué. Il faut encore que je travaille." Le coup est rude dans la préparation du Français, qui n'a plus les circonstances atténuantes de Saint-Denis pour se raccrocher aux branches. Ralentir le rythme serait peut-être bienvenu, en se contentant des Championnats de France d'ici Daegu, par exemple. Le meeting, dans son ensemble, a toutefois été de haute volée. Il a même failli être historique. Lors de la dernière course de la soirée, Brimin Kiprop Kipruto a en effet frôlé le record du monde, d'un centième exactement. Le Kényan a terminé en 7'53"64, dans une course d'un énorme niveau où deux de ses compatriotes sont également descendus sous les huit minutes: Ezekiel Kemboi (7'55"76) et Paul Kipsiele Koech (7'57"32). Bouabdellah Tahri, quatrième en 8'05"72, a tranquillement réalisé les minima pour les Mondiaux. Florian Carvalho et Mehdi Baala ont également profité de ce meeting pour composter leur billet. Malheureusement, ce dernier a aussi cru bon d'en venir aux mains avec Mahiedine Mekhissi Benabbad. "Il y a eu un quiproquo, j'ai essayé d'aller le réconforter parce que j'ai vu qu'il n'avait pas fait un super chrono. Il me dit: "Si je ne te dis pas bonjour, c'est que j'ai mes raisons". Il ne s'explique pas, il se lève, il met le front contre mon front et après c'est parti. On est des hommes avant d'être des sportifs. Je tiens à m'excuser auprès de tout le monde, on ne fait pas du sport pour ça. Mais avec des individus comme ça, c'est ce qui arrive parfois." Il faisait chaud à Monaco. A part pour les rois du sprint, qui seront donc restés frigorifiés.