Lavillenie détrône Galfione

  • A
  • A
Lavillenie détrône Galfione
Partagez sur :

Renaud Lavillenie est devenu, dimanche à Leiria, le premier Français à franchir 6m en plein air, établissant ainsi un nouveau record de France en 6,01m, soit trois centimètres de plus que Jean Galfione en juillet 1999. Le fait majeur des Championnats d'Europe par équipes après la nouvelle déconvenue de Ladji Doucouré sur 110 mètres haies (13''65).

Renaud Lavillenie est devenu, dimanche à Leiria, le premier Français à franchir 6m en plein air, établissant ainsi un nouveau record de France en 6,01m, soit trois centimètres de plus que Jean Galfione en juillet 1999. Le fait majeur des Championnats d'Europe par équipes après la nouvelle déconvenue de Ladji Doucouré sur 110 mètres haies (13''65).Il avait annoncé la couleur ! Jeudi, au moment d'embarquer pour le Portugal pour les Championnats d'Europe par équipes, Renaud Lavillenie s'était longuement confié devant la presse à Orly, notamment pour commenter son exploit du week-end précédent, lorsqu'il avait établi, dans l'anonymat des Championnats d'Auvergne à Aubière, la meilleure performance mondiale de la saison du saut à la perche en 5,96 mètres. Au moment d'évoquer la barre des 6 mètres, qu'aucun Tricolore n'avait jamais franchie à ce jour, le Charentais avait expliqué: "C'est le côté mythique. Il n'y a que moins de vingt perchistes (quatorze avant dimanche) qui ont franchi cette barre. Quand on franchit 6 mètres, on n'est plus un perchiste anodin."Depuis ce dimanche, 19h30, Renaud Lavillenie n'est plus un perchiste anodin puisque, en franchissant 6,01 mètres à son deuxième essai, il établit non seulement un nouveau record de France du saut à la perche, dix ans après les 5,98 mètres de Jean Galfione le 23 juillet 1999 à Amiens, mais devient le Français le plus haut de l'histoire, puisqu'il devance désormais d'un centimètres le champion olympique d'Atlanta, qui avait passé 6 mètres en salle lors des Mondiaux de Maebashi, toujours en 1999. Mais presque davantage que ce nouveau record de France, historique, c'est la manière avec laquelle Lavillenie l'a battu qui interpelle. Dans un contexte pas forcément très relevé, le Français s'est d'abord débarrassé de la concurrence, s'assurant de la victoire en passant 5,80m à son troisième essai avant de passer à la vitesse supérieure à 5,90. Il demanda alors une barre à 6,01 pour faire mieux que Galfione.Et là encore, il a tutoyé la perfection avec un premier saut manqué d'un rien, la barre restant sur l'un des taquets avant de tomber, et un second une nouvelle fois d'école pour effacer la hauteur sans la moindre discussion. Avec son mètre 76, Renaud Lavillenie est en effet loin de correspondre aux canons de la discipline, mais visiblement, il parvient à compenser cette relative petite taille par cette technique qui peut d'ores et déjà lui autoriser les espoirs les plus fous, tant il a semblé dimanche, sous le soleil de Leiria, posséder encore d'une grosse marge. A deux mois des Mondiaux de Berlin, la concurrence est prévenue...