Lavagne: "Beaucoup d'humilité"

  • A
  • A
Lavagne: "Beaucoup d'humilité"
Partagez sur :

Promu capitaine du Nantes Rezé Volley, Julien Lavagne peut être satisfait du comportement de ses troupes qui, à l'issue de la cinquième journée de Ligue A, ont investi le podium du championnat. Une troisième place qui ne "veut rien dire" selon le réceptionneur-attaquant nantais qui sait que le chemin est encore long à parcourir pour assurer le maintien et que la réception de Sète, l'un des gros poissons de l'élite, samedi, s'annonce périlleuse.

Promu capitaine du Nantes Rezé Volley, Julien Lavagne peut être satisfait du comportement de ses troupes qui, à l'issue de la cinquième journée de Ligue A, ont investi le podium du championnat. Une troisième place qui ne "veut rien dire" selon le réceptionneur-attaquant nantais qui sait que le chemin est encore long à parcourir pour assurer le maintien et que la réception de Sète, l'un des gros poissons de l'élite, samedi, s'annonce périlleuse. Julien, le Nantes Rezé volley n'a pas tardé à faire parler de lui en se hissant au troisième rang du général à l'issue de la cinquième journée. Oui, on a fait un super début de saison avec des beaux matches. On a été très solides à domicile. A l'extérieur, on a un peu été victimes d'une injustice à Ajaccio et à Paris, on perd de deux points à chaque set en ayant eu à chaque fois des balles de set. Mais on est arrivé à se remettre dedans face à Rennes et à aller gagner à Narbonne. On fait un début de saison assez solide, au niveau du classement et du mental. Sachant qu'on n'a pas joué les gros encore et qu'on affronte Sète, Tours et Poitiers lors des trois prochains matches. Comment expliquez-vous cette formidable ascension du Nantes Rezé Volley qui, rappelons-le, évoluait en Ligue B il y a deux ans ? C'est un club qui a des valeurs assez simples, qui essaie de se construire au fur et à mesure sans prétention et avec beaucoup d'humilité. On s'appuie sur un bon recrutement avec des joueurs qui arrivent vite à s'intégrer. Justement, malgré un exercice passé encourageant, Nantes a fait le ménage et s'est avéré très actif sur le marché des transferts. Pourquoi tant de changement ? C'est une bonne question. On a fait une bonne saison, c'est vrai. Le problème c'est que Martin Repak, notre passeur est parti, c'était un peu notre meneur de jeu. C'est d'ailleurs pour ça qu'ils n'ont pas conservé Rybnicek, notre pointu, qui jouait bien, mais surtout grâce à lui, même si c'est un bon joueur. Après, il y a quand même Holubec, Linz et moi-même qui sommes restés au club. Pour performer, progresser et continuer à construire, il faut prendre des gros joueurs, c'est ce qu'a fait Nantes, en prenant des internationaux comme Krolis ou Fernandez. Les joueurs se sentent bien, sont bien accueillis. Il n'y a pas une pression énorme autour d'eux. C'est important pour pouvoir s'intégrer et être performant le plus rapidement possible. "On est troisième, c'est bien mais ça ne veut rien dire" Pensez-vous que Nantes a un meilleur potentiel que la saison passée ? Oui, ça c'est sûr. Sur le papier, l'équipe est meilleure. Est-ce que les résultats continueront à être bons toute la saison ? On verra par la suite. Dans le sport, il n'y a pas de vérité, ce serait trop facile de prendre les meilleurs et d'avoir des résultats à chaque fois. On est réellement plus forts, plus solides, plus physiques, plus puissants. La seule peur que j'avais, c'était que la mayonnaise ne prenne pas. C'était un peu le risque. Pour l'instant, on n'a pas à se plaindre. Quel a été l'objectif fixé par le staff nantais en début de saison ? C'est toujours le maintien. C'est notre deuxième saison en Pro A. Il faut confirmer. Le championnat est très dur et très homogène. On a fait un bon début de saison, on est troisième, c'est bien mais ça ne veut rien dire. Il reste encore beaucoup de journées. Même si les internationaux qui sont arrivés ne viennent pas pour se maintenir... Ils ont plus une idée de play-offs. Mais il faut d'abord assurer le maintien pour après y penser. Chaque chose en son temps. La réception de Sète, samedi, fait figure de premier vrai test pour Nantes cette saison... Pas un test mais un gros match même si Sète n'est pas très performant en ce moment. C'est le troisième contre le quatrième, ça va être un match intéressant si on arrive à produire le même jeu que l'on a proposé la semaine dernière par exemple. "On a l'équipe pour battre Sète" Vous qui avez déjà évolué à Sète par le passé, dans quel secteur de jeu va-t-il falloir être irréprochable pour espérer titiller l'Arago ? Partout. c'est une équipe qui vise les trois premières places cette saison. Si on n'est pas fort dans tous les domaines, on sera vite dépassé. Contre Narbonne, on a été fort partout, on a bien défendu, on a joué collectivement, ça a très bien tourné. Si on veut refaire une performance face à Sète il va falloir ressortir le même type de prestation. C'est faisable. Il va falloir être très bon au service-réception, saisir les opportunités et ne pas avoir peur. On a l'équipe pour les battre. Malgré tout ce chambardement au sein même de l'effectif, l'atmosphère est-elle bonne dans le vestiaire ? Très bonne. Évidemment, les victoires, ça facilite les choses. L'idée était de communiquer très vite pour trouver les solutions ensemble. Tout le monde a joué le jeu, il n'y a pas de malaise. Quand il y a un problème, on se le dit. c'est comme ça qu'on arrive à avancer pour l'instant. Le brassard de capitaine vous a été alloué à l'intersaison. Est-ce un rôle qui vous tient à coeur ? Je me plais bien dans ce rôle là. Être capitaine d'une équipe qui gagne, c'est encore mieux. Les joueurs y adhèrent bien. Je donne tout ce que je peux, eux aussi m'aident beaucoup à jouer mon rôle. Ça se passe aussi très bien avec le coach. Tout va bien, pour l'instant, on arrive à gagner des matches et à être performants sur le terrain, ce ne sont pas ces moments-là qui sont les plus difficiles à gérer pour un capitaine.