Laurenti: "Repartir de l'avant"

  • A
  • A
Laurenti: "Repartir de l'avant"
Partagez sur :

De retour en Ligue 2, Arles-Avignon retrouve Le Mans vendredi soir en ouverture de la saison, une semaine tout juste après son élimination en Coupe de la Ligue par le club manceau. L'occasion pour Fabien Laurenti d'évoquer un nouvel exercice qu'il espère bien démarrer mais sans oublier le dernier, "à la limite du catastrophisme".

De retour en Ligue 2, Arles-Avignon retrouve Le Mans vendredi soir en ouverture de la saison, une semaine tout juste après son élimination en Coupe de la Ligue par le club manceau. L'occasion pour Fabien Laurenti d'évoquer un nouvel exercice qu'il espère bien démarrer mais sans oublier le dernier, "à la limite du catastrophisme". Fabien, quel regard portez-vous aujourd'hui, avec le recul, sur la saison dernière ? Un bilan à la limite du catastrophisme... Mais on a joué le jeu jusqu'au bout. Et on a pu montrer notre vrai visage en toute fin de saison. Après un début de championnat mal engagé, cela ne s'est pas arrangé par la suite pour se solder par une saison très compliquée. Votre élimination vendredi dernier par Le Mans au premier tour de la Coupe de la Ligue est-il inquiétant pour le début de championnat ? Non, pas du tout. Car on est reparti sur une saison beaucoup plus calme et sereine à tous les niveaux. Ce n'est pas grave car pour nous, le plus important reste le championnat. On veut réussir un bon départ car c'est toujours important de bien démarrer la saison. Vous allez retrouver les Manceaux vendredi pour cette première journée de championnat. Allez-vous aborder ce match différemment ? Non, on va l'aborder avec beaucoup d'envie. On a surtout envie de bien démarrer à domicile et de prendre notre revanche car on méritait mieux en Coupe de la Ligue. L'équipe est motivée à 200% pour décrocher nos trois premiers points. "Ne pas brûler les étapes" Qu'allez-vous mettre en place pour ne pas revivre le scénario de l'an dernier ? On a à coeur de bien démarrer le championnat pour avoir une saison plus agréable à jouer. On espère rester un maximum de temps dans le haut du classement mais il ne faut pas brûler les étapes. On va essayer de faire un début de championnat correct et ensuite, on verra ce qui se passera. Après la réception du Mans, vous vous déplacerez à Metz pour recevoir Nantes. Comment analysez-vous début de saison ? Ce sera un début pas évident car on joue successivement contre Metz et Nantes, qui ont un vécu en Ligue 1 ou en Ligue 2. On s'attend à disputer des rencontres compliquées car le championnat sera très relevé cette année. Mais la clé pour nous, c'est de bien partir dans ce championnat afin d'enchainer les matches suivants avec plus de sérénité. Et au niveau de la préparation et de la mise en place de l'équipe, êtes-vous aujourd'hui prêts ? Même s'il y a eu des arrivées tardives, l'ossature de l'équipe a bien bossé ensemble. Arles-Avignon est prêt. C'est vrai que les derniers arrivés ne sont pas au niveau physiquement mais à part cela l'équipe va être compétitive dès vendredi contre Le Mans. On ne sera pas à 100% dès le premier match mais aucune équipe ne le sera. Ensuite, on aura du temps pour peaufiner tout cela. "Réaliser un truc sympa à Arles" Quels sont les objectifs d'Arles-Avignon pour ce nouvel exercice ? Pour le moment, les objectifs vont venir au fil de la saison car à l'heure actuelle, il est trop tôt pour savoir si on va jouer la montée ou le maintien. Si par bonheur, on débute bien notre championnat, on pourra jouer le haut du classement mais si c'est plus compliqué, on se battra pour le maintien. On verra bien... Arles-Avignon a-t-il les armes pour se mêler à la bagarre avec les autres cadors de cette Ligue 2 ? Vous savez, il y a toujours des surprises dans ce championnat. Je ne dis pas que nous serons la surprise, mais il y a un groupe de qualité. Il y a de l'expérience dans cette équipe avec Christophe Landrin, Ludovic Butelle ou Luigi Pieroni. Et puis, il y a aussi la jeunesse avec Téji Savanier et les autres. On peut réaliser un truc sympa à Arles-Avignon. Après la descente aux enfers de Grenoble passant de Ligue 1 en Nationale en l'espace de deux ans. N'avez-vous pas peur de vivre le même scénario ? Nous, on ne va pas se fier au parcours de Grenoble, de X ou Y. On pense d'abord à nous. On verra bien ce que l'avenir nous réserve. Mais on va tout faire pour passer une bonne saison.