Landreau: "Une bonne dynamique"

  • A
  • A
Landreau: "Une bonne dynamique"
Partagez sur :

Après la victoire face à l'OM, dimanche (3-2), Lille a définitivement lancé sa saison. Pour Mickaël Landreau, ce succès est le bienvenu avant d'attaquer la Ligue des champions après la trêve. Et s'il estime que l'effectif lillois sera un peu juste pour jouer sur les deux fronts, le portier promet de tout faire pour optimiser au maximum les forces du collectif.

Après la victoire face à l'OM, dimanche (3-2), Lille a définitivement lancé sa saison. Pour Mickaël Landreau, ce succès est le bienvenu avant d'attaquer la Ligue des champions après la trêve. Et s'il estime que l'effectif lillois sera un peu juste pour jouer sur les deux fronts, le portier promet de tout faire pour optimiser au maximum les forces du collectif. Mickaël, est-ce que votre victoire face à l'OM lance votre championnat ? Franchement, si début août on nous avait dit qu'on aurait sept points, on aurait signé tout de suite parce que ça fait quelques années qu'on a des difficultés à entamer ce championnat pour plusieurs raisons. La première c'est que la préparation que l'on effectue fait que c'est plus difficile. On est aussi dans une équipe où beaucoup de joueurs peuvent être sollicités jusqu'au 31 août donc c'est toujours ambigu cette période de transferts. Avoir gagné ce match important face à l'OM nous a fait basculer dans une bonne dynamique avec un nombre de points très intéressant. Comment expliquez-vous le fait que vous ayez joué pendant quasiment une heure à l'inverse de ce que vous faisiez l'an passé, alors que dès que vous avez joué votre jeu, Marseille n'a pu que constater les dégâts ? Je pense que c'est peut-être nous qui avons le moins bien joué, mais à mon sens, et on a tendance à l'oublier, Marseille a progressé dans l'utilisation du ballon. Quand on voit ce qu'ils nous ont proposé dans cette première période, on a eu des difficultés à récupérer le ballon et ils ont réalisé un bon pressing. André Ayew, Valbuena, Lucho et Cheyrou venaient énormément à l'intérieur du jeu, donc ce n'était pas facile de récupérer le ballon. Il y a aussi Morel qui joue très haut. Il y a une évolution dans leur jeu, et c'est peut-être pour cela qu'on a souffert. Le championnat s'annonce en tout cas très disputé... On n'a pas attendu la quatrième journée pour savoir que ça allait se jouer entre plusieurs équipes. Même si la saison dernière, ça s'est fini avec Lille et Marseille 1er et 2e, on sait très bien depuis quelques années que Lyon est là, Paris est désormais en train de construire quelque chose de très costaud. Et il y a toujours des clubs comme Rennes ou Saint-Etienne qui ont bien recruté, Toulouse et Montpellier aussi... "Debuchy a un potentiel extraordinaire" Vous sentez-vous assez armés pour gérer le championnat et la Ligue des champions ? Pas spécialement. Mais, comme on peut le faire depuis 2-3 ans, on va essayer d'optimiser ce qu'on peut optimiser. Aujourd'hui, si on se compare à Paris, Marseille ou Lyon, on voit bien qu'en terme de budget et d'effectif, on est encore à des lustres, même si le club grandit. On a encore un an avant le grand stade. Mais tout ça ne nous empêche pas de prendre plein de plaisir, d'avoir beaucoup de complicité avec les supporters et les membres du club. On est content de ce que l'on vit, mais on sait très bien qu'on ne peut pas être armé comme certaines équipes, surtout au niveau européen. Un ou deux joueurs de plus ne seraient donc pas un luxe ? Non. Mais maintenant on va essayer de faire le maximum, de prendre du plaisir, et d'être compétitif avec les moyens qui sont les nôtres. Comment avez-vous vécu l'affaire de la non-arrivée de Cho-Young Park ? Franchement, on est un petit déçu car on aurait vraiment aimé qu'ils nous rejoignent. Mais après, c'est plus aux dirigeants qui sont sur ce dossier de réagir là-dessus. Nous, en tant que joueur, on ne maîtrise par tous les éléments, on ne connaît pas les détails. L'équipe de France est actuellement à Clairefontaine, avez-vous un petit pincement au coeur ? Un pincement au coeur non. Mais maintenant, ça fait des mois et des semaines qu'on me pose cette question. C'est tout le temps les mêmes réponses aussi. Je vis désormais avec et je suis très heureux d'être à Lille, de faire ce métier-là, et je suis content de pouvoir vivre en faisant ce métier. Rio Mavuba n'est pas appelé lui non plus, discutez-vous de ce genre de chose avec lui ? On en discute. Mais je pense qu'aujourd'hui, celui qui vit le moins bien la situation c'est Mathieu Debuchy, qui a un potentiel extraordinaire, qui est régulier, qui est pour moi l'arrière latéral droit dans toutes ses caractéristiques. Quelque part, ça me fait plus mal pour lui que pour moi. Je pense qu'il mérite vraiment de vivre ça.