Landis, coureur infiltré

  • A
  • A
Landis, coureur infiltré
@ Reuters
Partagez sur :

CYCLISME - Le vainqueur déchu du Tour 2006 joue les espions pour la lutte antidopage.

Floyd Landis est définitivement passé du côté de la lutte antidopage. Le coureur américain, déchu de sa victoire dans le Tour 2006 après un contrôle positif à la testostérone, avait longtemps nié s'être dopé, prétextant un abus de whisky. Désormais retiré des pelotons, le natif de l'Utah est d'une aide précieuse pour les enquêteurs fédéraux en charge de l'affaire US Postal, du nom de l'ancienne équipe de Lance Armstrong, son ex-coéquipier (entre 2001 et 2004) devenu son plus grand ennemi.

Selon le quotidien New York Daily News de dimanche, Landis aurait aidé les enquêteurs fédéraux à amasser des preuves audio et vidéo lors d'une discussion au printemps dernier avec Michael Ball, propriétaire de l'équipe américaine Rock Racing - aujourd'hui disparue -, pour laquelle ont couru Tyler Hamilton et d'autres ex-coéquipiers d'Armstrong. Célèbre pour avoir terminé le Tour 2003 avec une clavicule fracturée, Hamilton avait été suspendu huit ans en 2009 pour une seconde infraction aux règles antidopage (DHEA après transfusion sanguine en 2004).

De l'hormone de croissance dans le frigo

Les éléments amassés par Landis, notamment des images qui montreraient de l'hormone de croissance et des produits dopants dans le réfrigérateur de Ball, toujours selon le Daily News, ont permis la délivrance d'un mandat de perquisition. Cette enquête de grande ampleur dans le cyclisme américain pourrait ébranler Lance Armstrong.

En effet, si le grand jury fédéral réuni à huis clos à Los Angeles décide que les preuves et témoignages rassemblés après clôture de l'enquête sont suffisants pour démontrer qu'Armstrong s'est dopé, le Texan pourrait être poursuivi pour fraude à une entreprise publique, l'US Postal, sponsor de son équipe lors de six de ses sept Tours de France (1999 à 2004).