Lamy Chappuis: "Se méfier de Moan"

  • A
  • A
Lamy Chappuis: "Se méfier de Moan"
Partagez sur :

Jason Lamy Chappuis se présente à Chaux-Neuve en tant que leader de la Coupe du monde. Chez lui, le champion olympique peut accrocher un second globe de cristal consécutif et vivre "un week-end de rêve". Le Français reste cependant vigilant, notamment envers le Norvégien Magnus Moan qui l'avait coiffé à deux reprises ici même l'an passé.

Jason Lamy Chappuis se présente à Chaux-Neuve en tant que leader de la Coupe du monde. Chez lui, le champion olympique peut accrocher un second globe de cristal consécutif et vivre "un week-end de rêve". Le Français reste cependant vigilant, notamment envers le Norvégien Magnus Moan qui l'avait coiffé à deux reprises ici même l'an passé. Jason, comment vous sentez-vous à l'heure d'aborder cette manche de Coupe du monde en France, notamment physiquement après deux week-ends aux résultats bien différents ? Je me sens plutôt bien. C'est vrai que ça a été dur à Schonach, j'étais malade, pas bien physiquement. Je réalise le 42e temps en ski de fond, ce n'est pas vraiment mes performances habituelles (pour une 11e place finale). Ça a un peu entamé ma confiance, fait mal mentalement. C'était donc important de réaliser une belle performance à Seefeld, reprendre un peu de confiance, notamment en ce qui concerne ma forme physique. Chaux-Neuve arrive en plus au bon moment, puisque vous pouvez décrocher le Globe de cristal chez vous, devant le public Franc-Comtois ? Oui, mathématiquement, c'est possible mais je compterai les points après ! Cela fait plusieurs fois que j'ai cette opportunité d'aller chercher le globe à Chaux-Neuve. L'an passé, je fais deux fois 2e. Il est clair que, si je gagne, ce sera un week-end de rêve. Comment envisagez-vous ce week-end ? Magnus Moan a montré qu'il était de retour alors que vos plus proches poursuivants au classement, Mikko Kosklien et Félix Gottwald, accusent un peu le coup... Quant à Mario Stecher, il a déclaré forfait. Cela permet-il une certaine gestion ? Magnus Moan sera l'un des plus dangereux. Comme l'an dernier, il arrive juste en forme au moment de Chaux-Neuve ! Kosklien et Gottwald sont moins bien ces derniers temps. C'était évidemment bénéfique pour moi en termes de points. Mais Moan réalise de sacrées courses de fond. Il va falloir se méfier. Cette épreuve se déroulera sur un tout nouveau tremplin. Après l'avoir inauguré dernièrement, comment le trouvez-vous, comment pourriez-vous le décrire ? Oui, c'est un plus grand tremplin, il est assez rasant sur la première phase de vol. C'est bien, cela avantage les bons "voleurs", ça me convient donc bien. Il me faudra de toute façon creuser des écarts sur le saut pour rester devant à l'issue du fond. On l'a bien vu dernièrement puisque mes poursuivants à la Coupe du monde sont plus des fondeurs que de bons sauteurs. "Une spirale de confiance qui s'installe" Parfait, donc, pour tenter de rééditer le fameux saut de la semaine dernière à Seefeld où les 113 mètres mesurés en ont écoeuré plus d'un. Quelles ont été vos sensations sur ce saut qui vous a permis de partir avec une avance considérable en fond ? (Rires) C'était l'un de mes meilleurs sauts en compétition. Tout était réuni : le timing, la forme physique pour la détente verticale, la fluidité, l'aérologie aussi. Après, cela vient aussi de la confiance. Je me sens bien en saut en ce moment, donc je ne réfléchis pas. C'est une spirale de confiance qui s'installe. Dans quel état semble la piste alors que la météo n'a pas été très favorable au point de largement faire recours à la neige artificielle ? Visiblement, les bénévoles ont fait un gros boulot. Ce n'était pas gagné d'avance. Souvent, quand on ramène de la neige comme ça, elle est mélangée à de la terre, assez sale. Là, elle semble assez bonne. Ce n'était pas évident car la semaine dernière, cela ressemblait plus à un champ, tout vert. Mais le froid est annoncé, cela devrait donc aller. En cas de victoire et de Globe assuré, il sera temps de penser aux Mondiaux. Assurer tôt la Coupe du monde représenterait donc un sérieux avantage... Est-ce possible toutefois de viser les deux ? Avant le début de la saison, l'objectif était clair : les Mondiaux. Surtout là-bas, à Oslo. Mais le calendrier de cette Coupe du monde permet de viser les deux. L'an passé, j'avais fait une impasse. Là, avec seulement 7 week-ends de Coupe du monde, ce n'est pas possible. Mais, il y a un mois avant les Mondiaux pour se préparer et donc pouvoir viser les deux. C'est vrai que gagner le Globe permettrait un peu de se vider la tête pour se préparer. Cette préparation est-elle déjà définie avec l'encadrement ? Comment va-t-elle s'articuler en vue de viser un nouveau pic de forme ? On va couper pendant quelques jours après Chaux-Neuve avant d'entamer une préparation spécifique. Avec 15 gros jours de préparation puis 15 autres axées sur le repos, la récupération. Le tout pour obtenir un nouveau pic de forme. Oslo sera également synonyme d'épreuve par équipes, sachant que vos partenaires semblent en belle progression. Une médaille collective après deux 4e places (aux Mondiaux de Liberec en 2009 puis aux JO de Vancouver, ndlr) est également un bel objectif pour vous... Oui, car c'est toujours sympa de partager avec les copains. C'est donc un des gros objectifs d'Oslo. En plus, deux épreuves par équipe sont prévues, une sur le petit tremplin, l'autre sur le grand. C'est vrai qu'après ces deux 4e places, il nous tient à coeur d'aller chercher une médaille.