Lacombe: "Le plaisir dans la compétitivité"

  • A
  • A
Lacombe: "Le plaisir dans la compétitivité"
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - L'entraîneur de Monaco, Guy Lacombe, se félicite du jeu collectif déployé par son équipe.

LIGUE 1 - L'entraîneur de Monaco, Guy Lacombe, se félicite du jeu collectif déployé par son équipe. Le 13 décembre, Monaco s'inclinait lourdement à domicile face à Lille (4-0) et chutait à la onzième place du classement. Un mois plus tard, l'ASM est devenue un des tubes de l'hiver et aborde son choc face à l'OM samedi (19h00) avec, dans le viseur, une possible troisième place au classement. "En début de saison, on partait de très loin, a admis, jeudi, Guy Lacombe dans Europe 1 Foot. On a eu un trou au mois de novembre assez important, une crise de croissance, là, on a fait un mois de janvier exceptionnel (5 victoires et un nul). Mais comme beaucoup de clubs français dans une période d'euphorie, on a pris une claque à Saint-Etienne. Ce n'est pas que le lot de Monaco. On a l'impression que c'est un Championnat très ouvert." Et Monaco en est effectivement la parfaite illustration. Trois jours après s'être inclinée lourdement à Saint-Étienne, l'ASM a rebondi, mercredi, en huitièmes de finale de la Coupe de France, en s'imposant avec autorité sur la pelouse du champion de France, Bordeaux (2-0). "Quand tout le monde joue le jeu, ça donne de la vie, ça donne de l'ambition, et les résultats arrivent progressivement", confie Lacombe. L'ancien entraîneur du Paris-SG explique avoir bâti l'équipe sur des "joueurs à challenge". "Dans le recrutement, nous avons cherché des joueurs qui avaient quelque chose à prouver. Sébastien Puygrenier sortait d'une saison presque blanche, Djimi Traoré avait pas mal galéré en Angleterre, et il y a aussi Nenê qui avait une revanche à prendre sur ses débuts à Monaco." Nenê, meilleur buteur du Championnat et symbole du Monaco nouveau. Monaco-Marseille, c'est aussi Ruffier contre Mandanda Sur Nenê et des autres stars de son équipe, le technicien à la moustache loue d'abord leur implication dans le collectif. "Quand l'équipe joue ensemble, il y a des individualités qui ressortent dans ce collectif, dont Stéphane Ruffier, mais aussi Nenê, Chu Young Park (forfait contre l'OM ndlr). Chacun a son rôle, le fait bien et accepte de faire des choses pour l'autre. Dans ces circonstances, chacun se valorise." Et notamment Stéphane Ruffier dans les buts, auteur d'une performance d'anthologie au Parc des Princes le 20 janvier dernier (1-0 pour Monaco). Le duel entre Ruffier et Steve Mandanda, samedi, sera d'ailleurs l'une des clés du match. Avec l'équipe de France comme enjeu supplémentaire ? "Ah, je pense comme Stéphane, explique Lacombe. Il y en a un (Mandanda) qui a joué la Ligue des champions et qui a des matches de très haut niveau à son actif et un autre qui ne les a pas encore. Mais Stéphane est sur les traces de ces garçons-là. Mandanda a été un peu moins performant à Lens (mauvaise appréciation de la trajectoire sur le deuxième but de Jemaa), mais, cette fois, il sera peut-être très présent. Maintenant, si on peut mettre des cageots à Steve Mandanda, on va essayer de le faire." Avec toujours comme leitmotiv, le "plaisir dans la compétitivité". "Il y en a qui disent qu'on peut prendre du plaisir sans gagner de matches, ça me fait un peu sourire." Guy Lacombe sourit et il n'a peut-être jamais été aussi prêt de se friser la moustache. Lacombe et la belle mécanique monégasque