Lacombe, c'est fini

  • A
  • A
Lacombe, c'est fini
Partagez sur :

La patience des dirigeants monégasques avait finalement ses limites. Alors qu'il avait été confirmé à son poste, fin décembre, Guy Lacombe a en effet été licencié lundi, deux jours après l'élimination de l'AS Monaco en 32e de finale de la Coupe de France face à Chambéry, club de CFA 2. Laurent Banide, un ancien de la maison, succède à l'Aveyronnais.

Après Estevan et Wallemme, Lacombe! La patience des dirigeants monégasques avait finalement ses limites. Alors qu'il avait été confirmé à son poste, fin décembre, Guy Lacombe a en effet été licencié lundi, deux jours après l'élimination de l'AS Monaco en 32e de finale de la Coupe de France face à Chambéry, club de CFA 2. Laurent Banide, un ancien de la maison, succède à l'Aveyronnais. Etienne Franzi n'a pas digéré. Alors qu'il y a moins d'un mois, après la victoire de Monaco face à Sochaux (2-1), le président monégasque faisait son entrée en salle de presse pour annoncer à son coach qu'il le maintenait à son poste, le couperet est finalement bel et bien tombé, lundi. Selon nos informations, l'état major de l'ASM s'est en effet réuni dans l'après-midi pour décider du sort funeste réservé à Guy Lacombe. La défaite subie par le club de la Principauté face à Chambéry, modeste pensionnaire de CFA 2, samedi lors des 32e de finale de Coupe de France (1-1, 2-3 aux tirs au but), aura donc été fatale à un entraîneur qui était arrivé sur le Rocher à l'été 2009. Une décision qui peut étonner lorsque l'on se rappelle ce que M.Franzi n'hésitait pas à déclarer, le 22 décembre dernier: "Changer n'aurait pas été la bonne solution, garder la stabilité c'est bien. Il apporte beaucoup à l'équipe". Moins de deux semaines plus tard, il faut croire que le boss monégasque a rangé ses bonnes intentions au placard, devant le niveau de jeu pitoyable délivré par son équipe en Savoie. Un match raté en forme de grosse goutte d'eau qui a finalement fait déborder un vase déjà bien plein. Le retour de Banide ? Il y a bien sûr cette fracture avec le public, qui ne venait plus au stade Louis-II que pour siffler voire insulter les joueurs. Il y a aussi cet effectif qui ne respirait plus la sérénité, à l'image de Dieumerci Mbokani, poussé vers la sortie alors qu'il souhaite rester, lui dont on attendait monts et merveilles en début de saison. Il y a enfin cette sortie médiatique du coach azuréen, qui, samedi, n'a pas hésité à remettre en cause le résultat du match face à Chambéry de façon bien maladroite. "On va vers une dérive populiste. Les médias sont là donc il faut que les petits passent", a ainsi lancé le technicien devant les caméras d'Eurosport, reprochant notamment à l'arbitre d'avoir refusé un but valable à ses joueurs. Un climat détestable qu'Etienne Franzi espère désormais endiguer en remerciant Guy Lacombe, un an et demi après son arrivée. Finaliste de la Coupe de France en mai dernier (défaite 1-0 face au PSG), l'ancien entraîneur rennais et parisien n'aura finalement jamais su apporter la stabilité à Monaco sur le front de la Ligue 1, guère aidé, il est vrai, par le flou entourant un club sept fois champion de France mais qui, ces dernières années, a perdu une bonne partie de son prestige. Il laisse sa place à Laurent Banide qui a été officiellement nommé en fin d'après-midi. L'ancien gardien de but a déjà entraîné le club, puisqu'il avait pris en main une équipe en perdition en octobre 2006, avant de ne pas se faire prolonger à la fin de la saison, malgré une belle remontée. L'heure de la revanche a sans doute sonné pour lui...