Labrune met les choses au point

  • A
  • A
Labrune met les choses au point
Partagez sur :

Nouvel homme fort de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune s'explique mardi dans les colonnes de France Football sur les raisons du départ de l'ancien président Jean-Claude Dassier. Satisfait d'avoir pu retenir Didier Deschamps, l'homme de confiance de Margarita Louis-Dreyfus se trouve désormais face à une équation difficile: maintenir le standing du club tout en évitant au maximum les dépenses.

Nouvel homme fort de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune s'explique mardi dans les colonnes de France Football sur les raisons du départ de l'ancien président Jean-Claude Dassier. Satisfait d'avoir pu retenir Didier Deschamps, l'homme de confiance de Margarita Louis-Dreyfus se trouve désormais face à une équation difficile: maintenir le standing du club tout en évitant au maximum les dépenses. Homme de l'ombre de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune se retrouve désormais en pleine lumière. Nouveau président du club phocéen, ce proche de la famille Louis-Dreyfus est désormais à la tête du navire olympien qu'il compte bien mener à bon port. Présenté ce mardi devant les salariés du club, cet ancien producteur et conseiller en communication de 40 ans est également revenu, dans un long entretien accordé à France Football, sur les raisons de sa nomination et le départ de son prédécesseur, Jean-Claude Dassier. S'il ne remet pas en cause le "bilan sportif" de l'ancien journaliste, qui est "le président qui a permis à l'OM de renouer avec les titres", Vincent Labrune lui reproche en revanche sa gestion financière et notamment en période de transfert. "La gestion du dernier mercato, à l'été 2010, a pesé très fortement dans la décision que nous venons de prendre, précise ce dernier dans les colonnes du bi-hebdomadaire. En mai 2010, l'OM a renoué avec le titre dans des conditions optimales. Hélas, la situation s'est dégradée dans les trois mois qui ont suivi. Sur la forme, le club a donné une image plutôt confuse et, sur le fond, il a procédé à des investissements excessifs par rapport à ses moyens. Et Labrune de préciser: "On a donc donné 8 millions (pour acheter Alou Diarra qui n'est pas venu) on a vendu Mamadou Niang pour 9 millions et Koné pour 3 millions, ce qui fait 20 millions d'euros de recettes. Et derrière, on a dépensé 40 millions (pour acheter notamment Loïc Rémy et André-Pierre Gignac). La vérité, c'est que l'OM vit au-dessus de ses moyens depuis de nombreuses années". "(Deschamps) était psychologiquement prêt à quitter l'OM" Labrune est soucieux de rétablir la bonne santé financière du club sans que l'actionnaire principal, Margarita Louis-Dreyfus, qui va déjà injecter 20 millions d'euros pour combler le déficit du club, n'ait encore à débourser le moindre sou. "Dans les trois mois qui viennent, il faut que tout le monde se serre les coudes et qu'il n'y ait plus le moindre dérapage financier afin de permettre au club d'arriver dans son nouveau stade dans les meilleures conditions (prévu en 2014)". Une rigueur financière qui n'empêche pas l'ambition sportive selon Labrune: "Avec notre budget, nous pouvons avoir de grandes ambitions sportives, y compris sur le plan européen, à condition de se contraindre à une grande rigueur financière, de rationaliser notre politique salariale et d'être réactifs et intelligent dans les recrutements". Des arguments qui ont convaincu Didier Deschamps de poursuivre l'aventure et même de prolonger son contrat jusqu'en 2014 avec l'OM. Une nécessité pour Labrune qui a mené en direct les négociations avec l'ancien Champion du monde. "J'ai toujours considéré que le jour où Didier Deschamps aurait l'opportunité d'aller dans un des quatre ou cinq meilleurs clubs européens, il quitterait l'OM, et ça, je le comprendrais, car son ambition ultime, c'est de gagner la Ligue des champions. Or, l'actionnaire n'est pas en mesure de lui donner 100 ou 150 millions d'euros pour assouvir cette ambition. Lorsque je l'ai rencontré à la veille de la finale de la Coupe de la Ligue, j'ai constaté à ma grande surprise, qu'il était psychologiquement prêt, non seulement à quitter l'OM, mais à le quitter pour un club de niveau équivalent, voire inférieur. Là, je me suis rendu compte que la situation était plus compliquée qu'on ne l'imaginait". Et Labrune de convaincre DD de rester: "Je lui ai dit trois choses: 1. On compte sur toi. 2. On prolonge ton contrat. 3. On va mettre en place l'organisation la plus simple et la plus rationnelle pour faire progresser le club". Reste désormais à savoir si Vincent Labrune a trouvé la bonne formule pour permettre à l'OM de reconquérir le titre de champion de France.