La Vuelta rend hommage à Fignon

  • A
  • A
La Vuelta rend hommage à Fignon
@ Reuters
Partagez sur :

VUELTA - Les coureurs ont observé une minute de silence lors de la 5e étape.

VUELTA - Les coureurs ont observé une minute de silence lors de la 5e étape. La Vuelta ne lui avait, il faut bien le dire, jamais franchement réussi. Le meilleur résultat de Laurent Fignon, vainqueur d'étapes à deux reprises sur les routes du Tour d'Espagne, se sera limité à une septième place en 1983. Le champion français n'avait alors que 23 ans et n'avait pas encore pénétré le coeur des foules en devenant le maître de la Grande Boucle à deux reprises. Ce mercredi matin, au lendemain de l'annonce d'une disparition, qui a mardi surpris la course peu après la mi-journée, relayée par la voix de Javier Guillen, directeur général de l'épreuve, sur Radio Tour, et semé la consternation chez les suiveurs avant que les coureurs n'apprennent la triste nouvelle à l'arrivée à Valdepenas de Jaen, le peloton a rendu hommage à Laurent Fignon. Une minute de silence observée par l'ensemble des coureurs et suiveurs, emprunte d'une émotion sans doute plus partagée dans le clan français et les directeurs sportifs. Farrar: "C'est une surprise" La course, celle que Fignon chérissait tant, reprenait ses droits. Après deux étapes musclées, dédiées aux baroudeurs, on attendait le retour des maîtres sprinteurs. Exacts au rendez-vous après qu'une échappée de quatre coureurs, parmi lesquels les deux Français Arnaud Labbe (Cofidis) et Pierre Rolland (Bbox), épaulés par Jose Vincente Toribio Alcolea (Andalucia-Cajasur) et David Gutierrez (Footon-Servetto), tenteront jusqu'à douze kilomètres de l'arrivée d'entretenir une illusion qui ne trompait personne. L'explication finale se fera au sprint, comme prévu, et une nouvelle fois, trois jours après le premier camouflet de Marbella, Mark Cavendish a trouvé son maître. Après Hutarovich, c'est l'Américain Tyler Farrar (Garmin-Transitions),qui s'est offert le Britannique. Un sprint lancé de très loin par le coureur de la Columbia, qui a semblé présumer de ses forces, repris par Farrar, vainqueur en costaud devant Koldo Fernandez (Euskaltel), Cavendish devant se contenter de la troisième place d'une étape sans incidence sur le classement général. Philippe Gilbert, après avoir souffert la veille pour sauver son maillot rouge de leader, a passé une journée nettement plus tranquille et peut toujours ambitionner de prolonger son règne jusqu'à samedi.