La Velux ne fait plus recette

  • A
  • A
La Velux ne fait plus recette
Partagez sur :

C'est dimanche que débutera à La Rochelle la Velux 5 Oceans 2010-11, tour du monde en solitaire en cinq étapes. D'abord appelé Boc Challenge puis Around Alone, ce tour du monde, qui a sacré plusieurs marins de renom dont Philippe Jeantot, Christophe Auguin et Bernard Stamm, a depuis perdu pas mal de son prestige, victime de la concurrence du Vendée Globe et de la Barcelona World Race. Au point qu'ils ne seront dimanche que six au départ.

C'est dimanche que débutera à La Rochelle la Velux 5 Oceans 2010-11, tour du monde en solitaire en cinq étapes. D'abord appelé Boc Challenge puis Around Alone, ce tour du monde, qui a sacré plusieurs marins de renom dont Philippe Jeantot, Christophe Auguin et Bernard Stamm, a depuis perdu pas mal de son prestige, victime de la concurrence du Vendée Globe et de la Barcelona World Race. Au point qu'ils ne seront dimanche que six au départ. Pionnier des tours du monde en solitaire, puisque vainqueur en 313 jours de la première course autour de la planète sans escale, le Golden Globe, lancé en 1968 à l'initiative du Sunday Times, Robin Knox-Johnston, dont le succès fut en partie dû à l'abandon volontaire de Bernard Moitessier, parti sur sa "longue route", le vétéran britannique Robin Knox-Johnston a eu beau jouer de son prestige, c'est avec une flotte réduite au strict minimum que s'élancera dimanche de La Rochelle la Velux 5 Oceans 2010, anciennement Boc Challenge, autrement dit le tour du monde en solitaire par étapes. Créé en 1982 dans le but de perpétrer le souvenir de ce Golden Globe initiatique, le Boc Challenge a d'abord eu ses heures de gloire, attirant à lui tous les marins de la planète en mal d'aventure et de mers du bout du monde. Notamment un plongeur sous-marin alors inconnu, un certain Philippe Jeantot, qui, en remportant les deux premières éditions, contribuera grandement à la renommée de la course en France. Paradoxalement, le «ver était dans le fruit», puisque c'est ce même Jeantot qui, après ses deux victoires, jeta les bases d'un défi encore plus extrême à l'époque, boucler le tour du monde en course mais sans escale, le Vendée Globe Challenge. Dès lors, le Boc Challenge, devenu en 1990 Around Alone Race puis Velux 5 Oceans en 2005, ce qui n'a guère contribué à sa visibilité auprès du grand public, n'a eu de cesse de perdre de son aura, surtout en France, même s'il a continué à sacrer des marins de l'Hexagone, comme Christophe Auguin, double vainqueur (1991-1995), ou adoptés en France, à l'image de l'Italien Giovanni Soldini, lauréat en 1999, ou du Suisse Bernard Stamm, double tenant de l'épreuve. La course a aussi été le théâtre de dramatiques histoires de mer, on se souvient notamment du sauvetage dans les mers du Sud d'Isabelle Autissier par Giovanni Soldini, cette même Autissier qui avait démâté deux fois lors de l'édition précédente. Depuis, la Barcelona World Race, tour du monde en double sans escale, dont la deuxième édition s'élance le 31 décembre prochain, est également venue concurrencer une épreuve qui, par ricochet, a perdu toutes ses «stars». Un coup de nostalgie... S'ils étaient ainsi encore huit il y a cinq ans, dont quelques têtes d'affiche comme Bernard Stamm, Mike Golding ou Alex Thomson, ils ne seront que six dimanche à La Rochelle au moment de couper la ligne de départ à 16h à destination du Cap, terme de cette première étape de 7500 milles. Et parmi les six, que des marins très peu connus du monde de la course au large naviguant sur des monocoques de la nouvelle classe Eco, créée pour l'occasion, c'est-à-dire des 60 pieds mis à l'eau avant le 1er janvier 2003 (en l'occurrence le plus récent date de 1999...), l'objectif des organisateurs étant de limiter les coûts et "d'encourager des pratiques environnementales positives". L'occasion d'un gros coup de nostalgie, puisque les six bateaux au départ ont tous, à un degré ou à un autre marqué, l'histoire des tours du monde, qu'ils s'appellent Vendée Globe ou Boc Challenge/Around Alone/Velux 5 Oceans. On retrouve ainsi le 60 pieds vainqueur du deuxième Vendée Globe (1992-93), l'ancien Bagages Superior d'Alain Gautier, plan Finot désormais skippé par le Polonais Zbigniew Gutkowski, l'ancien Fila de Giovanni Soldini, lauréat d'Around Alone 1998, avec à la barre le Britannique Christopher Stanmore-Major, l'ex-Whirlpool de Catherine Chabaud, plan Lombard désormais mené par l'Américain Brad Van Liew, le Solidaires de Thierry Dubois, mis à l'eau en 1999, que le Canadien Derek Hatfield espère mener à la victoire, l'ex-Fujicolor III avec lequel Loïck Peyron termina troisième de la Transat Jacques-Vabre 1993, aujourd'hui entre les mains du Belge Christophe Bullens, qui a eu l'infortune de démâter en le convoyant vers La Rochelle (sera-t-il prêt dimanche ?) et enfin le premier Ecover de Mike Golding, plan Finot mis à l'eau en 1998 sous le nom de Team Group 4, dont le skipper est un autre Golding, sans lien de parenté avec le Britannique, puisqu'il se prénomme Garry et est australien. Bref, des bateaux qui ont un tous un sacré paquet de milles à leur compteur et pour la plupart un ou plusieurs tours du monde «dans les pattes», ce qui est aussi le cas des skippers qui, s'ils ne sont pas connus du grand public et ont souvent vécu d'autres vies avant, ne sont pas des novices en termes de navigations, certains ayant déjà fini la course (Brad Ven Liew, Derek Hatfield...). C'est finalement ce côté un peu désuet et amateur, comparé aux grosses machines que sont désormais devenus le Vendée Globe ou la Barcelona World Race, qui fait le charme de cette Velux 2010-11 qui couvrira 30000 milles en environ sept mois et demi, de La Rochelle à La Rochelle, en passant par Le Cap (Afrique du Sud), Wellington (Nouvelle-Zélande), Salvador de Bahia (Brésil) et Charleston (Etats-Unis). Bon vent !