La taupe avait alerté ses supérieurs

  • A
  • A
La taupe avait alerté ses supérieurs
Partagez sur :

On connaît désormais la personne qui est à l'origine du scandale qui secoue la FFF. Il s'agit de Mohamed Belkacemi, chargé à la FFF du football des quartiers, qui a avoué avoir réalisé des enregistrements de la réunion du 8 novembre dernier, au cours de laquelle a été évoquée l'idée d'instaurer les fameux quotas. Mais ce dernier précise ne les avoir transmis qu'à sa hiérarchie afin de l'alerter.

On connaît désormais la personne qui est à l'origine du scandale qui secoue la FFF. Il s'agit de Mohamed Belkacemi, chargé à la FFF du football des quartiers, qui a avoué avoir réalisé des enregistrements de la réunion du 8 novembre dernier, au cours de laquelle a été évoquée l'idée d'instaurer les fameux quotas. Mais ce dernier précise ne les avoir transmis qu'à sa hiérarchie afin de l'alerter. On en sait désormais un peu plus sur l'origine du scandale qui secoue la FFF depuis une semaine. Mohamed Belkacemi, conseiller technique national en charge du football de quartier, a été entendu mardi par les membres de la commission d'enquête de la 3F, chargés de faire la lumière sur l'affaire révélée par Mediapart. Et ce dernier a admis, selon Le Parisien, être l'auteur de l'enregistrement de la réunion du 8 novembre dernier au cours de laquelle a été évoquée, en sa présence, l'idée d'instaurer officieusement des quotas de sélection pour les jeunes joueurs binationaux d'origine africaine et maghrébine. Mais ce fonctionnaire du ministère des Sports, détaché depuis trois ans à la DTN du football français, a également expliqué avoir fourni peu de temps après une copie de l'enregistrement à un haut responsable de la FFF afin d'alerter ses supérieurs. Selon Médiapart, il s'agit d'André Prevosto, ancien directeur général adjoint de la FFF, aujourd'hui en charge du football amateur au sein de la fédération et proche du président Fernand Duchaussoy. Reste désormais à savoir qui les a ensuite transmis plusieurs mois après aux journalistes du site Médiapart, qui a révélé le scandale. "Pourquoi il ne sort que six mois après ? " Invitée mercredi matin de la Matinale de France Inter, la ministre des Sports veut faire toute la lumière sur cette affaire: "Il faut aller au bout de l'enquête, savoir pourquoi cet enregistrement a été fait, pourquoi il ne sort que six mois après, en pleine période préélectorale à la fédération, pourquoi on n'a pas estimé nécessaire de s'adresser au ministère pour faire part de l'illégalité des méthodes ?" Rappelons que suite à ces révélations, deux enquêtes parallèles ont été lancées. L'une par la FFF qui pourrait décider de licencier les personnes incriminées. Mis en cause, tout comme le sélectionneur des Bleus, Laurent Blanc, et celui des Espoirs, Erick Mombaerts, le DTN François Blaquart a été suspendu à titre provisoire de ses fonctions. L'autre diligentée par l'Inspection générale Jeunesse et sport (IGJS), qui dépend du ministère et qui pourrait éventuellement décider de saisir la justice.