La surprise Barredo

  • A
  • A
La surprise Barredo
Partagez sur :

Carlos Barredo a frappé fort samedi en remportant la 21e édition de la Clasica San Sebastian. A l'issue des 237 kilomètres de course, l'Espagnol de la Quick-Step s'est imposé devant le Tchèque Roman Kreuziger, neuvième du dernier Tour de France.

Carlos Barredo a frappé fort samedi en remportant la 21e édition de la Clasica San Sebastian. A l'issue des 237 kilomètres de course, l'Espagnol de la Quick-Step s'est imposé devant le Tchèque Roman Kreuziger, neuvième du dernier Tour de France. Au lendemain de l'annonce du contrôle positif de Mikel Astarloza, le leader de la formation Euskatel Euskadi, une institution au Pays basque, le ciel continuait samedi de cracher son désespoir, pour ne pas dire son dégout, sur Saint-Sébastien et ses alentours. Une pluie froide et continue qui a rendu le décor de cette Clasica plus morose encore qu'il ne l'était déjà. Triste à mourir alors que cette course, programmée après le Tour de France, est d'habitude l'occasion pour le peuple basque de crier son amour pour le cyclisme. Quand on connaît l'attachement des Basques à leur terre, pas sûr que la victoire de Carlos Barredo, né à Gijon, ne leur redonne le sourire. Pas de quoi priver l'intéressé d'un immense bonheur, qui fait aussi celui d'une équipe Quick Step fanny lors de la Grande Boucle 2009. A 28 ans, le coéquipier de Sylvain Chavanel au sein de l'équipe belge s'offre son premier grand succès, lui qui ne comptait jusqu'à présent qu'une victoire d'étape sur Paris-Nice pour principale référence.Mickaël Delage sur le podiumParti avec Pierrick Fédrigo, vainqueur à Tarbes sur le Tour de France et futur leader de l'équipe de France lors du Mondial suisse, sur les contreforts d'Arkale, la dernière difficulté de la journée située à 15 kilomètres de la ligne d'arrivée, l'Espagnol a basculé en tête en compagnie du Français, suivi de près par Roman Kreuziger (Liquigas), Kim Kirchen (Columbia-HTC) et Luis León Sánchez (Caisse d'Epargne), la présence de ce dernier aux avant-postes condamnant les chances d'Alejandro Valverde, tenant du titre pour qui s'était le retour après avoir dû faire une croix sur le Tour. Parti dans une descente rendue très technique par la pluie, Barredo est rejoint par le vainqueur de Paris-Nice puis par Kreuziger à deux kilomètres de l'arrivée. Ce dernier, neuvième du Tour 2009, tente sa chance seul mais Barredo s'accroche pour le devancer au sprint. Derrière, c'est le Français de la Silence-Lotto, Mickaël Delage, qui prend la troisième place de la course après avoir réglé le sprint du groupe de chasse dans lequel on retrouve notamment Christophe Riblon, très actif ce samedi, le Russe Serguei Ivanov, vainqueur de son étape sur la Grande Boucle, ou encore Christophe Le Mevel, le meilleur Français sur les routes du Tour.