La Suède, simple échauffement ?

  • A
  • A
La Suède, simple échauffement ?
Partagez sur :

Trois mois après l'épilogue 2010 au Pays de Galles, le WRC reprend ses droits ce week-end en Suède. Un rallye d'ouverture forcément particulier, car couru sur glace, dont les enseignements devraient être limités. L'occasion néanmoins de découvrir des bolides flambant neufs soumis à la nouvelle réglementation.

Trois mois après l'épilogue 2010 au Pays de Galles, le WRC reprend ses droits ce week-end en Suède. Un rallye d'ouverture forcément particulier, car couru sur glace, dont les enseignements devraient être limités. L'occasion néanmoins de découvrir des bolides flambant neufs soumis à la nouvelle réglementation. C'est la reprise ! L'heure pour Sébastien Loeb de remettre son titre en jeu, avec l'ambition de réaliser la passe de huit. Comme l'an dernier, la rentrée des classes a pour cadre la Suède, et les forêts enneigées du Värmland et du Dalarna. Un terrain de jeu très spécial, glacial, où les performances des nouvelles WRC, sous -20°C, seront bien évidemment scrutées et disséquées, malgré le peu d'enseignements à en tirer. Pour preuve le résultat de la saison passée, et la victoire d'un Mikko Hirvonen qui par la suite n'a jamais confirmé... "Nous avons hâte de voir les premiers temps pour savoir si l'équipe a bien travaillé. Néanmoins, le rallye de Suède n'est pas très représentatif des difficultés rencontrées tout au long de la saison", confirme Olivier Quesnel, directeur de Citroën Racing, dans un communiqué de la marque aux chevrons. Un discours partagé par le fer de lance de son team, Sébastien Loeb: "Je ne crois pas que la vérité de la Suède sera celle de la saison. La surface principale du Championnat du monde des rallyes est la terre. C'est là que se jouera le titre." Et l'Alsacien d'ajouter: "Il ne faudra pas être à deux secondes au kilomètre de la concurrence, mais ce premier rallye n'est pas le plus capital de la saison." Pour Ford, c'est du sérieux Vu du clan Ford, la perspective est sensiblement différente. "La voiture n'est pas prête à 100 pour cent, c'est sûr, mais ça devrait suffire pour se battre pour la victoire en Suède", claironne Jari-Matti Latvala, rejoint dans le ton par un Mikko Hirvonen revanchard: "Nous voulons battre Citroën, c'est notre plus grand concurrent. Le plus important, c'est le titre constructeurs. Nous débutons la saison avec cet objectif là en tête." Dominé par le double chevron ces trois dernières saisons, l'ovale bleu, invaincu en Suède depuis 2005, entend bien se faire respecter sur le terrain de prédilection de ses deux pilotes, vainqueurs des deux dernières éditions du rallye. Histoire d'appréhender en toute confiance les autres surfaces. Nouvelle réglementation oblige, tous les espoirs semblent permis pour les troupes de Malcolm Wilson, confiantes dans leur Fiesta comme celles d'Olivier Quesnel croient en leur DS3. "J'ai un bon feeling avec la voiture. Au fil des essais, j'ai été agréablement surpris par le moteur et par l'équilibre général malgré l'absence de différentiel central. Tout me fait penser que la saison va bien se passer même si la seule comparaison valable est celle du chronomètre", souffle Sébastien Loeb. Avec la suppression de l'aide au démarrage, du différentiel actif et du changement de vitesses au volant, la prime sera sans conteste donnée au pilotage cette année. Et en la matière, on n'a pas vu mieux que Loeb depuis 2004, année où le rallye de Suède s'offrit pour la première - et la seule - fois à un pilote latin (alsacien en l'occurrence).