La Squadra veut engranger

  • A
  • A
La Squadra veut engranger
Partagez sur :

Victorieuse de l'Estonie (2-1) et des Iles Féroé (5-0) pour ses deux premiers matches des éliminatoires de l'Euro 2012, l'Italie veut poursuivre sur sa lancée vendredi soir à Belfast face à l'Irlande du Nord, avant de recevoir mardi son principal rival dans ce groupe C, la Serbie. Un déplacement effectué dans une ambiance particulière pour les Transalpins, depuis l'attentat survenu en début de semaine à Londonderry.

Victorieuse de l'Estonie (2-1) et des Iles Féroé (5-0) pour ses deux premiers matches des éliminatoires de l'Euro 2012, l'Italie veut poursuivre sur sa lancée vendredi soir à Belfast face à l'Irlande du Nord, avant de recevoir mardi son principal rival dans ce groupe C, la Serbie. Un déplacement effectué dans une ambiance particulière pour les Transalpins, depuis l'attentat survenu en début de semaine à Londonderry. "La fédération cherche des informations et nous les transmettra. Nous restons calmes même si nous le sommes un peu moins qu'hier (lundi)". Sans tomber dans la paranoïa, c'est avec une certaine appréhension que l'Italie s'apprête à affronter l'Irlande du Nord, vendredi à Belfast dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2012, comme l'a confirmé le sélectionneur transalpin, Cesare Prandelli, au lendemain de l'explosion d'une voiture piégée survenue dans la nuit de lundi à mardi devant un centre commercial de Londonderry. Un attentat revendiqué par l'IRA véritable qui a causé d'importants dégâts matériels, mais heureusement sans faire de victime. La Squadra Azzurra entend faire abstraction de ce contexte politique tendu pour ramener un bon résultat du Windsor Park, où officiera l'arbitre français Tony Chapron, et ainsi poursuivre sur la lancée de ses deux premiers matches dans le groupe C: un succès obtenu en Estonie (2-1) et une démonstration à Florence face aux Iles Féroé (5-0). Maître d'oeuvre du renouveau de l'équipe nationale depuis le fiasco de la Coupe du monde en Afrique du Sud - l'Italie a terminé dernière de sa poule derrière le Paraguay, la Slovaquie et la Nouvelle-Zélande -, Cesare Prandelli compte bien poursuivre son travail de fond, même s'il sait que les critiques des supporters et de la presse ne manqueront pas de fleurir de nouveau dès la première contre-performance. Zambrotta, Pirlo, De Rossi, Cassano comme cadres "C'est fascinant d'intégrer de jeunes joueurs dans l'équipe nationale et de les voir porter le maillot italien de nombreuses années. Ils sont décisifs. Ce sont des expériences importantes pour les joueurs à cet âge. (...) Je suis convaincu que nous avons encore besoin de temps, mais nous allons trouver de grands défenseurs, comme l'Italie en a toujours eu", a-t-il ainsi confié dans une interview publiée lundi sur le site de la Fifa. Pour encadrer cette nouvelle génération, incarnée par les deux gardiens Emiliano Viviano et Salvatore Sirigu, qui se partagent le poste en attendant le retour de Gigi Buffon, ou encore Leonardo Bonucci, Claudio Marchisio et Giuseppe Rossi, l'ancien entraîneur de la Fiorentina fait confiance à plusieurs joueurs expérimentés comme Gianluca Zambrotta, rappelé en sélection après avoir manqué les deux derniers matches, Andrea Pirlo, Daniele De Rossi ou encore Antonio Cassano, de retour en grâce sous le maillot de la Nazionale. Pour affronter l'Irlande du Nord, puis la Serbie, Prandelli a également choisi de faire confiance à des hommes en forme, comme le milieu de terrain Stefano Mauri et l'attaquant Sergio Floccari, qui occupent la tête du classement de Serie A avec la Lazio. Agé de 28 ans, ce dernier est appelé pour la première fois en équipe nationale. Il remplace le buteur de la Fiorentina Alberto Gilardino, contraint de déclarer forfait en raison d'une blessure au genou. De son côté, l'Irlande du Nord, qui a créé la surprise lors de son premier match en s'imposant face à la Slovénie (0-1), compte bien jouer le coup à fond et profiter des éventuels erreurs d'une équipe en pleine phase de reconstruction pour se mêler à la lutte pour la qualification. Privés d'une grande phase finale depuis 1982, les Nord-Irlandais, très efficaces à domicile - 8 victoires sur leurs 11 derniers matches de qualification -, ne veulent plus laisser passer leur chance.