La Serbie risque une sanction

  • A
  • A
La Serbie risque une sanction
Partagez sur :

Débuté avec 35 minutes de retard à cause de fumigènes lancés par les supporters adverses en direction de leurs homologues transalpins, selon la presse locale présente mardi à Gênes, cet Italie-Serbie de la 4e journée des qualifications de l'Euro 2012 a été reporté à une date ultérieure, des fumigènes ayant atterri sur le terrain. La Serbie pourrait perdre le match sur tapis vert.

La Serbie aura-t-elle match perdu sur tapis vert? C'est le risque encouru par la sélection de Vladimir Petrovic après les incidents de Gênes. Débuté avec 35 minutes de retard à cause de fumigènes lancés par les supporters adverses en direction de leurs homologues transalpins, selon la presse locale présente mardi à Gênes, cet Italie-Serbie de la 4e journée des qualifications de l'Euro 2012 a été reporté à une date ultérieure, des fumigènes ayant atterri sur le terrain. La Serbie pourrait perdre le match sur tapis vert. La crise que traverse le football serbe n'est pas prête de s'arrêter. Fragilisée notamment par le licenciement de Radomir Antic le mois dernier après deux journées disputées dans ces éliminatoires de l'Euro 2012, une victoire aux Iles Féroé (3-0) et un nul concédé à domicile devant la Slovénie (1-1) le 7 septembre, la formation de Vladimir Petrovic s'est enfoncée un peu plus en s'inclinant vendredi dernier à Belgrade devant l'Estonie (1-3). Le rendez-vous de mardi à Gênes pour y affronter l'Italie ne constituait pas l'endroit rêvé pour reprendre des points, notamment privé du Mancunien Vidic suspendu. Et Dejan Stankovic et ses camarades n'avaient pas forcément imaginé que leurs propres supporters gâcheraient la soirée de la sorte. Et le mot est faible. Le gardien de but Vladimir Stojkovic a d'abord renoncé à prendre part au match après avoir été agressé par des « fans » de son propre pays sur le chemin du stade Luigi Ferraris, à en croire les médias serbes. La tension était bien présente et cet incident n'a pas calmé les esprits. Pas d'autre issue que le report Le coup d'envoi a été donné avec 35 minutes de retard, des supporters serbes ayant allumé des fumigènes tandis que d'autres tentaient de grimper sur les barrières des tribunes. Un trou a également été fait dans les filets prévus pour empêcher les jets de projectiles sur le terrain et sur les supporters adverses. Les joueurs ont une première fois rejoint la pelouse à 20 h 50, l'heure du coup d'envoi initialement prévu, mais ont rapidement regagné les vestiaires après six minutes, le temps que la police et les agents du stade tentent de calmer les supporters serbes sous les injures des supporteurs italiens. Les pompiers ont dû ensuite intervenir dans les travées italiennes où des fumigènes avaient atterri. Les joueurs serbes, visiblement agacés, sont revenus sur le terrain afin de ramener le calme parmi leurs supporters. Mais les arbitres et les délégués de l'UEFA ont rapidement décidé d'interrompre la partie définitivement annulée. Des affrontements ont également été signalés à l'extérieur de l'enceinte génoise. La Serbie risque naturellement des sanctions dont la défaite sur tapis vert. La Squadra Azzurra garde la tête du groupe C à la différence de buts mais le sportif n'avait pas sa place mardi à Gênes. La Serbie dans le viseur Les supporters serbes n'en sont, hélas, pas à leur coup d'essai. Cela fait en effet plusieurs mois que le hooliganisme serbe fait parler de lui. Ainsi, il y a plus d'un an, en septembre 2009, un supporter de Toulouse, Brice Taton avait-il trouvé la mort lors d'un déplacement à Belgrade après des heurts face aux hooligans du Partizan. Les joueurs serbes ne sont pas plus à l'abri puisque Vladimir Stojkovic, ancien gardien du FC Nantes, a été investivé par ses propres supporters, au point de demander à ne pas disputer la rencontre. Et la sélection serbe pourrait bien avoir à regreter les excès de ses supporters car l'heure est désormais aux sanctions. En plus d'une amende, la Serbie pourrait ainsi avoir match perdu sur tapis vert (3-0). Un résultat évidemment malvenu après le faux départ des coéquipiers de Vidic dans ces éliminatoires du prochain Euro.