La Serbie, première en quarts

  • A
  • A
La Serbie, première en quarts
@ Reuters
Partagez sur :

BASKET - La Serbie a vaincu difficilement la Croatie en huitièmes de finale (73-72).

BASKET - La Serbie a vaincu difficilement la Croatie en huitièmes de finale (73-72). Côté serbe, la menace peut venir de partout ! Lorsque l'habituel leader d'attaque, Milos Teodosic, est en dedans, comme c'est le cas samedi (1/7 à 3 points, 4 balles perdues), le secteur intérieur prend le relais avec un tandem Krstic-Perovic très adroit (26 unités à eux deux). Des forces vives qui ont permis à la Serbie de prendre la mesure de la Croatie en fin de partie (73-72). Les Serbes laissent l'initiative à leurs homologues croates, auteurs d'un début de rencontre canon. L'hyper-activité de leur meneur de jeu explosif Ukic et un rendement supérieur dans la raquette permettent ainsi aux protégés de Vrankovic de prendre rapidement l'avantage (11-16, 6e puis 13-20, 8e). Le temps pour Teodosic de prendre la mesure de la défense en zone adverse et de donner quelques caviars à ses intérieurs pour revenir progressivement dans ce premier quart-temps, avant de s'incliner sur un dernier tir primé du pivot Loncar (19-27, 10e). Krstic fait la différence Un festival offensif, peut-être trop beau, qui laisse place aux premières vendanges avec un vrai trou noir pour les deux formations qui sont au coude à coude à la pause (34-36). Dans ce contexte, tous les petits détails ont leur importance, et le retour de Krstic, après ces trois matches de suspension, est une vraie bouffée d'air frais pour la Serbie. Pourtant, même si l'on sent la partie sur la bascule, les partenaires de la gâchette Bogdanovic continuent de s'accrocher aux basques de leurs voisins (47-46, 27e), avant le réveil tardif de Teodosic en fin de troisième quart-temps (54-50, 30e). Un lay-up plein de grâce de Rasic puis un shoot à trois points de Macvan (64-57, 36e) donnent un avantage irrémédiable au double champion du monde. Car le final au couteau, riche en rebondissements, restera la propriété d'une équipe serbe que l'on a connu beaucoup plus sereine et séduisante dans le passé, mais également dans le tournoi.