La Serbie en mission

  • A
  • A
La Serbie en mission
Partagez sur :

Ce fut l'une des surprises de la 3e journée des qualifications de l'Euro 2012. En s'inclinant à Belgrade devant l'Estonie (1-3), la Serbie se trouve dans une situation délicate en termes de résultats qui avaient poussé dehors Radomir Antic le mois dernier. Son successeur, Vladimir Petrovic, a débuté par une défaite. Il sait quelle importance aurait une performance mardi en Italie.

Ce fut l'une des surprises de la 3e journée des qualifications de l'Euro 2012. En s'inclinant à Belgrade devant l'Estonie (1-3), la Serbie se trouve dans une situation délicate en termes de résultats qui avaient poussé dehors Radomir Antic le mois dernier. Son successeur, Vladimir Petrovic, a débuté par une défaite. Il sait quelle importance aurait une performance mardi en Italie. "On espère qu'il prendra froid". Giorgio Chiellini sait de quoi il parle quand il évoque devant la presse Milos Krasic, son coéquipier à la Juventus, à la veille de l'affiche de la 4e journée du groupe C des qualifications de l'Euro 2012. Le défenseur central italien a raison de redouter le milieu de terrain serbe, la plus grande satisfaction de la Vieille Dame depuis le début de la saison. "Luigi Del Neri (le coach piémontais) avait dit aux joueurs de la Juve de faire attention à lui car l'équipe a besoin de lui. Mais si j'ai besoin de lui mettre un petit coup, je ne me gênerai pas", poursuit Chiellini. Krasic risque d'ailleurs de se heurter à une charnière 100% turinoise si Leonardo Bonucci est aligné mardi à Gênes chez les titulaires pour un Italie-Serbie qui vaudra assurément le coup d'oeil. Les champions du monde 2006 aborderont ce rendez-vous dans la peau de leaders après un nul obtenu vendredi en Irlande (0-0). Sur la pelouse du stade Luigi Ferraris, les hommes de Cesare Prandelli trouveront des Serbes passés à travers à domicile devant l'Estonie (1-3). Nicolas Zigic avait pourtant bien ouvert la marque à l'heure de jeu mais les buts signés Tarmo Kink (63e), Konstantin Vassiljev (73e) et un but contre son camp d'Aleksandar Lukovic (1-3, 93e) ont bouleversé la hiérarchie vendredi à Belgrade. Pas de Gênes pour Vidic Lors du tirage au sort, la formation prise en mains le mois dernier par Vladimir Petrovic (successeur de Radomir Antic) faisait naturellement partie des favorites du groupe C avec l'Italie. Un sentiment quelque peu refoulé aujourd'hui après une telle contre-performance qui aura plombé la première de Petrovic. "Nous sommes toujours une bonne équipe et je suis certain que nous allons élever notre niveau devant les Italiens", assure Milos Krasic, adoptant ainsi l'état d'esprit de son capitaine, Dejan Stankovic, et autre pensionnaire du championnat italien: "C'était un mauvais jour contre l'Estonie mais quand ça devient dur, on sait aussi se ressaisir. C'est ce que nous devons faire". Cesare Prandelli, le sélectionneur italien, se méfie justement d'"une équipe blessée" qui a à coeur de rattraper le couac de vendredi. Petrovic devra toutefois se passer de Nemanja Vidic. Le défenseur central de Manchester United est suspendu pour avoir reçu un avertissement face à la formation entraînée par Tarmo Rüütli. "Ce n'est pas l'heure de pleurer. Contre l'Italie, ce ne sera pas pire que face à l'Estonie", lâche l'attaquant serbe de Liverpool, Milan Jovanovic. On l'espère pour eux.