La semaine du 9 mai

  • A
  • A
La semaine du 9 mai
Partagez sur :

Chaque lundi, après un week-end de tournois, retrouvez les faits marquants, de l'European Tour au circuit PGA en passant par les performances de ces dames. Thomas Aiken a assumé la lourde tâche de remporter l'Open d'Espagne, sur les terres de Severiano Ballesteros le week-end de sa mort. Lucas Glover a renoué avec le succès à Charlotte, tandis que la Néerlandaise Christel Boeljon a remporté l'Open féminin de Turquie.

Chaque lundi, après un week-end de tournois, retrouvez les faits marquants, de l'European Tour au circuit PGA en passant par les performances de ces dames. Thomas Aiken a assumé la lourde tâche de remporter l'Open d'Espagne, sur les terres de Severiano Ballesteros le week-end de sa mort. Lucas Glover a renoué avec le succès à Charlotte, tandis que la Néerlandaise Christel Boeljon a remporté l'Open féminin de Turquie. Le fait marquant: La mort de Severiano Ballesteros Forcément, Thomas Aiken lui a dédié. Le Sud-Africain, victorieux de l'Open d'Espagne sur les terres de Severiano Ballesteros, ne pouvait que rendre hommage à l'ancienne légende du golf européen, décédé samedi des suites d'une tumeur au cerveau. La mort de l'ex-numéro un mondial, vainqueur de cinq Majeurs (British Open 1979, 1984 et 1998, Masters 1980 et 1983) et qui avait également remporté l'Open d'Espagne à trois reprises, a occupé tous les esprits samedi. "Il était tout pour le golf et je suis content d'avoir gagné pour lui, et n'importe lequel d'entre nous aurait voulu gagner pour lui, déclarait ainsi Aiken sur le site de l'European Tour. Je me rappelle de Seve, à quel point il aimait la vie et le jeu. Il fut une source d'inspiration pour moi, m'a poussé à travailler dur." Le troisième tour de l'Open d'Espagne a été marqué par une minute de silence, les drapeaux ont été mis en berne sur les greens et tous les joueurs portaient un brassard noir. Le mot de la fin revient à son compatriote José Maria Olazabal: "Le meilleur hommage qu'on puisse lui faire, c'est de jouer pour lui, même si rien ne sera jamais à la hauteur de tout ce qu'il a fait pour le golf." L'homme du week-end: Lucas Glover Vainqueur de l'US Open en 2009, Lucas Glover avait, en quelque sorte, connu les mêmes tourments que Grégory Havret. Même si le Français n'a terminé "que" dauphin de Graeme McDowell à l'US 2010, lui aussi a eu toutes les peines du monde à confirmer son excellent résultat sur le Majeur. Alors que Havret avait failli l'emporter à Pebble Beach, Glover avait décroché le titre, pour sa part, sur le parcours de Bethpage State Park, et a décroché ce week-end à Charlotte son premier succès depuis ce coup d'éclat. "Je suis comblé, admettait Glover sur le site de la PGA. A chaque fois qu'on gagne, on est heureux. Ça signifie qu'on a battu tout le monde. Vous obtenez ce à quoi vous pensez le jeudi matin, quand la sonnette retentit. Sur ce parcours et dans un tel tournoi, je suis ravi." Glover a dû batailler ferme pour décrocher ce succès, après un trou de play-offs face à Jonathan Byrd, qui pointait pourtant à trois longueurs devant le futur vainqueur à l'issue du troisième tour. Rory Sabbatini n'a pu participer à cette lutte, pour un petit coup seulement, et malgré deux magnifiques derniers tours en 66 et 65. Phil Mickelson, Padraig Harrington et Vijay Singh finissent en 9e position, à cinq longueurs. Les Français Le contingent tricolore était nombreux sur les greens de Barcelone, puisque dix joueurs français se présentaient au départ de l'Open d'Espagne. Romain Wattel a longtemps été celui le plus près de la gagne, mais le jeune espoir français a lâché le podium lors du dernier tour et doit finalement partager la 5e place avec quatre autres hommes, dont Grégory Havret. Les deux compères terminent à quatre coups de Thomas Aiken. Après un remarquable premier tour en 67, Wattel n'a pas confirmé les trois jours suivants, en rendant des cartes de 71, 72 et 72. Moins brillant mais plus régulier, Havret s'en sort avec quatre tours en 71, 72, 69 et 70. La performance est tout de même de taille pour le gamin Wattel, tout juste âgé de vingt ans. Thomas Levet termine également en bonne position, avec une 11e place à deux coups de ses compatriotes. Encore une longueur derrière, Grégory Bourdy et Christian Cévaër se classent au 15e rang. Alexandre Kaleka est 29e, François Delamontagne 59e, et Jean-Baptiste Gonnet, comme Victor Dubuisson et Raphaël Jacquelin, n'ont pas passé le cut. Une vraie déception pour trois des plus gros potentiels français. Les dames Pour la reprise du Ladies European Tour, les Françaises étaient encore plus nombreuses que leurs homologues masculins, à l'occasion de l'Open de Turquie. Pas de bonne surprise toutefois, avec notamment une très insuffisante 39e place pour Gwladys Nocera, à 13 coups au-dessus du par et à 18 coups de la tête, avec notamment un dernier tour en 81. Habituée du circuit LPGA, Nocera profitait de l'absence de tournoi aux Etats-Unis pour venir refaire ses gammes en Europe, mais le test ne s'est donc pas vraiment avéré concluant. La Néerlandaise Christel Boeljon l'a emporté, avec quatre tours en 73, 71, 70 et 73. Le podium est complété par l'Anglaise Florentyna Parker et la Galloise Becky Brewerton, toutes les deux reléguées à trois coups. Cassandra Kirkland est la première Française, 18e à 12 coups de Boeljon. Anne-Lise Caudal, Elena Giraud et Caroline Afonso finissent à la 24e place, un coup derrière Kirkland, tandis que Virginie Lagoutte-Clément termine pour sa part en 30e position, à 15 longueurs de la première place.