La semaine du 27 février

  • A
  • A
La semaine du 27 février
Partagez sur :

Chaque lundi après un week-end de tournois, retrouvez les faits marquants, de l'European Tour au circuit PGA, en passant par les performances de ces dames. Cette semaine, le championnat du monde de match-play réunissait les deux circuits et les 64 meilleurs mondiaux. Martin Kaymer est devenu roi de la planète, tandis que Tiger Woods a connu une chute historique. Chez les dames, Karrie Webb, à 36 ans, l'a emporté à Singapour.

Chaque lundi après un week-end de tournois, retrouvez les faits marquants, de l'European Tour au circuit PGA, en passant par les performances de ces dames. Cette semaine, le championnat du monde de match-play réunissait les deux circuits et les 64 meilleurs mondiaux. Martin Kaymer est devenu roi de la planète, tandis que Tiger Woods a connu une chute historique. Chez les dames, Karrie Webb, à 36 ans, l'a emporté à Singapour. La contre-performance: Tiger Woods Au-delà de l'accession de Martin Kaymer à la première place mondiale, qui constitue bien sûr l'évènement majeur, le championnat du monde de match-play a réservé d'autres bouleversements. Et non des moindres... Grâce à sa victoire en finale devant Kaymer, Luke Donald grimpe à la troisième place internationale et devance de justesse Graeme McDowell. Ce qui signifie que pour Tiger Woods, la sentence est tombée. Pour la première fois depuis le 11 mai 1997, le Tigre a été délogé du podium du classement mondial. Avec à la clé, une chute de deux places en une semaine, ce qui n'était pas non plus arrivé depuis le 20 avril 1997. Vaincu au premier tour du match-play de Marana par Thomas Bjorn sur un 19e trou, l'ancien numéro un mondial était pourtant la tête de série numéro un de sa partie de tableau. "Je suis très déçu, déclarait-il mercredi sur le site du PGA Tour, avant de savoir qu'il serait bouté hors du top 3 mondial. Sur le dernier trou, j'ai essayé de mettre la balle en jeu. Le fairway fait quoi, 200 yards, et je n'ai pas réussi à le toucher." Sur un trou décisif, envoyer son "tee shot" directement dehors ressemble fort à une erreur de jeunesse. Difficile pourtant d'imputer ce tort à Tiger Woods. L'homme du week-end: Johnson Wagner Eclipsé par la tenue du championnat du monde de match-play, le tournoi de Mayakoba, au Mexique, se déroulait bel et bien ce week-end pour le compte du PGA Tour. Johnson Wagner en est sorti vainqueur, d'abord grâce à quatre cartes de 69, 66, 65 et 67, puis surtout en maîtrisant parfaitement ses nerfs lors du premier trou de play-offs. Dans le par, Wagner s'est ainsi imposé face à Levin Spencer, qui n'a pu faire mieux qu'un bogey. Cruelle déception pour ce dernier, jamais titré dans sa carrière et qui avait réussi à refaire son retard de deux coups à l'entame du dernier tour. Mais joie et bonheur pour Wagner, qui remporte à Mayakoba son deuxième trophée, après l'Open de Houston en 2008. "J'ai vraiment travaillé dur, se satisfaisait le vainqueur du week-end sur le site du PGA Tour, et c'est juste agréable de constater que ça paie. Ça donne envie de bosser encore plus fort." Lui qui avait manqué son exemption d'un rien l'an passé - il lui fallait pour ça terminer dans les 125 premiers au prize money de la PGA, mais il a fini 126e - doit enchaîner les tournois, et les bonnes performances si possible. C'est bien parti. Les dames Alors que l'European Ladies Tour ne reprendra que dans un mois, le circuit américain ne faisait pas relâche ce week-end. Après la Thaïlande la semaine passée, la troupe du LPGA Tour se trouvait à Singapour, où la numéro deux mondiale Karrie Webb a régné. L'Australienne s'est ainsi imposée avec un coup d'avance sur la Japonaise Chie Arimura, et trois longueurs sur sa principale rivale, la numéro un mondiale Yani Tseng. Une victoire (la 37e de sa carrière) que la membre du Hall of Fame est allée chercher, avec six birdies dans le dernier tour pour coiffer Arimura au poteau. Une résurrection en quelque sorte pour Webb, qui est une des six joueuses de l'histoire à avoir remporté le Grand Chelem, et la seule à avoir gagné le Super Grand Chelem (ce qui inclut sa victoire en 1999 sur le du Maurier Classic, ancien tournoi du Grand Chelem). Mais il s'agit seulement de son premier titre depuis 2009, et même de son deuxième depuis 2006. Côté français, Karine Icher a terminé 21e à 15 coups de Webb, tandis que Gwladys Nocera finit encore très loin. Après sa dernière place en Thaïlande la semaine dernière, la joueuse tricolore termine 54e, à 28 coups de la tête. Les Français Championnat du monde de match-play oblige, le circuit européen ne comptait aucune autre manche au calendrier ce week-end. Repos forcé donc pour les Français, mais repos bienvenu, notamment pour Jean-Baptiste Gonnet qui ne cesse d'enchaîner les tournois depuis le début de l'année. Et cette période de vaches maigres va encore se prolonger jusqu'au 10 mars, où Gonnet et Havret prendront part à l'autre étape du WGC, en Floride, puisque les 30 meilleurs joueurs européens seront conviés. Pour le match-play de Manara, seuls les 64 premiers mondiaux étaient en lice.