La semaine du 24 octobre

  • A
  • A
La semaine du 24 octobre
Partagez sur :

Chaque lundi, après un week-end de tournois, retrouvez les faits marquants, de l'European Tour au circuit PGA en passant par les résultats des dames. Sergio Garcia a réalisé une énorme performance sur ses terres natales de Castello, en l'emportant avec un score de... 27 coups sous le par ! Yani Tseng s'est également montrée prophète en son pays. Et Luke Donald aussi, quelque part.

Chaque lundi, après un week-end de tournois, retrouvez les faits marquants, de l'European Tour au circuit PGA en passant par les résultats des dames. Sergio Garcia a réalisé une énorme performance sur ses terres natales de Castello, en l'emportant avec un score de... 27 coups sous le par ! Yani Tseng s'est également montrée prophète en son pays. Et Luke Donald aussi, quelque part. L'homme de la semaine: Sergio Garcia Cette victoire est riche de symboles. En terminant en -27 à Castello, Sergio Garcia n'a pas fait dans la demi-mesure. Mais c'est d'abord l'histoire d'un come-back, celui d'un des membres incontournables de l'équipe européenne en Ryder Cup depuis plus de 10 ans. C'est aussi la victoire d'un homme sur ses terres natales, à Castello donc. Enfin, c'est le succès d'un homme qui a perdu son pote Severiano Ballesteros en mai dernier. "C'était pour Seve", a ainsi déclaré Garcia pour le site de l'European Tour. L'Espagnol, fatigué par sa tournée américaine, avait pris un mois de repos avant ce Masters de Castello. "Ce fut comme du lait maternel pour moi, bien sûr ça a joué. C'est difficile d'expliquer pourquoi j'étais en feu à ce point-là, mais je me sentais bien et je me suis amélioré toute l'année." En l'emportant avec 11 coups d'avance sur Gonzalo Fernandez-Castano, Garcia réussit le troisième plus gros écart de l'histoire du circuit européen, derrière Tiger Woods à l'US Open 2000 (15 coups) et Ernie Els à l'Open d'Asie 2005 (13 coups). Dans la légende de l'European Tour, l'Espagnol se place aussi juste derrière Els au niveau du score final: le Sud-Africain avait réussi un -29 en 2003, à Gleneagles. La performance: Luke Donald Donald a gagné chez Mickey ! Victorieux à Lake Buena Vista en mettant tout le monde d'accord lors du dernier tour, avec une ultime carte de 64 et six birdies d'affilée du trou n°10 au n°15, l'Anglais s'est imposé en vrai n°1 mondial, alors qu'il comptait cinq coups de retard au soir du troisième tour. Mais au-delà de cette superbe performance de golf, l'image du week-end restera bien sûr la remise du trophée par un autre Donald, nommé Duck ! Tellement logique, puisque le parcours de Lake Buena Vista est en fait celui du parc d'attractions Disney World. "C'est un peu ironique, je suppose, que ce soit lui qui me remette la coupe, a déclaré Donald (Luke) au site du PGA Tour, nanti de son humour so british. Tous les matins, je me baladais dans le parc et je pensais à cette bannière: "Quand les rêves deviennent réalité" ou "Quand les rêves sont accomplis". Je suppose que si je reviens avec les enfants ici, au moins j'aurai de bons souvenirs." A noter enfin qu'en début de semaine, Keegan Bradley a remporté le Grand Chelem, match à quatre qui réunit les vainqueurs des Majeurs. L'Américain a fini à -4, suivi par Charl Schwartzel (-3), Rory McIlroy (par) et Darren Clarke (+9). Les Français Plutôt dans le dur ces dernières semaines, les Bleus se sont un peu repris à Castello. Romain Wattel a ainsi terminé dans le top 10, en prenant la 8e place avec une belle pointe à 66 le samedi. Le jeune espoir est suivi de près par Grégory Havret, qui prend la 11e place à une longueur de son compatriote. Après sa troisième place au Portugal la semaine dernière, l'opération est excellente pour le Rochelais, 42e à la Race to Dubaï et à peu près certain désormais de participer à la grande finale de décembre aux Emirats arabes unis. Thomas Levet finit 35e (-5) à cinq coups de Wattel - puisqu'il ne sert pas à grand-chose de comparer à Garcia, cette semaine - et a dû jouer sa partie de dimanche pendant la finale de la Coupe du monde de rugby, qu'il aurait tant aimé regarder... Pour le reste, deux autres ont passé le cut: Christian Cevaer (-3) et Benjamin Hebert, qui a tout de même déçu en terminant à trois coups au-dessus du par. Grégory Bourdy ne s'en sort toujours pas en cette fin de saison, 67e et premier des golfeurs tricolores à s'être arrêté dès le vendredi. Raphaël Jacquelin et Jean-Baptiste Gonnet, eux aussi décevants, n'ont pas fait mieux. Les dames Yani Tseng ne pouvait pas lâcher ce tournoi-là. A domicile, la n°1 mondiale a encore écrasé la concurrence dimanche, lors de l'Open de Taïwan, en l'emportant avec un total de 272 coups (-16). Grâce notamment à une dernière carte de 66, Tseng devance de cinq longueurs la Sud-Coréenne Ami Yang et l'Espagnole Azahara Munoz. La reine du golf mondial remporte ainsi son septième tournoi de la saison. A noter qu'après sa victoire, elle a annoncé un don à la Fédération chinoise de golf de 100 000 de ses 2 873 629 dollars amassés depuis le début de l'année. Sympa... Sur le circuit européen, Frances Bondad a remporté dimanche l'Open de Sanya - qui se jouait en trois tours - avec un total de 205 coups (-11). L'Ecossaise Vikki Laing termine à un coup, alors que la troisième marche du podium est partagée par la Sud-Africaine Ashleigh Simon et la Chinoise Pan Yan Hong, qui finissent toutes les deux à trois coups de Bondad. Seule Française engagée, Anne-Lise Caudal n'a pas réussi à passer le cut, après deux cartes de 74 et un score final de +4.