La semaine du 10 octobre

  • A
  • A
La semaine du 10 octobre
Partagez sur :

Chaque lundi, après un week-end de tournois, retrouvez les faits marquants, de l'European Tour au circuit PGA en passant par les résultats des dames. Pour son retour à la compétition, Tiger Woods s'est montré en progression du côté de San Martin. Sur le circuit européen, l'inattendu Lee Slattery s'est imposé à Madrid. Enfin, chez les femmes, l'inévitable Yani Tseng a remporté le tournoi d'Incheon.

Chaque lundi, après un week-end de tournois, retrouvez les faits marquants, de l'European Tour au circuit PGA en passant par les résultats des dames. Pour son retour à la compétition, Tiger Woods s'est montré en progression du côté de San Martin. Sur le circuit européen, l'inattendu Lee Slattery s'est imposé à Madrid. Enfin, chez les femmes, l'inévitable Yani Tseng a remporté le tournoi d'Incheon. Le joueur de la semaine: Tiger Woods Forcément scruté de toutes parts pour son retour à la compétition, Tiger Woods a eu du mal à se remettre dans le bain. Mais au final, le "Tigre" s'en est plutôt bien sorti à San Martin, si ce n'est ce maudit premier tour en 73... Bien plus régulier ensuite, l'ancien numéro un mondial, retombé au-delà de la 50e place mondiale la semaine dernière - pour la première fois depuis 1996 - aurait pu prétendre à un classement nettement plus honorable que sa 30e place finale. Avec trois dernières cartes de 68, Woods s'est placé sur des bases de -12, un score qui lui aurait permis de terminer en 6e position. "J'ai été meilleur de jour en jour, a-t-il déclaré sur le site du PGA Tour. Et j'ai rentré quelques bons putts sur les trois derniers tours, c'était bien de pouvoir m'ajuster comme ça après ma journée de jeudi. Je me suis senti vraiment à l'aise." Les fans de la superstar peuvent donc être globalement rassurés, près de deux mois après sa dernière apparition lors de l'USPGA (où il avait manqué le cut). Rançon de la gloire, en revanche: Woods, sujet de toutes les attentions, a été attaqué par un... hot-dog, lancé par un spectateur sur un putt lors du dernier tour. Rien de bien méchant, mais ça déconcentre... La performance: Lee Slattery Le vainqueur du Masters de Madrid vient de loin, comme il l'a d'ailleurs lui-même avoué au moment de revenir sur le premier succès de sa carrière, sur le site de l'European Tour: "Je viens d'un milieu normal. Mes parents ont donné tout ce qu'ils pouvaient pour nous." Auteur de trois cartes remarquables lors des trois premiers tours, respectivement en 67, 66 et 69, Lee Slattery a eu la main qui tremblait un peu plus dimanche, en commençant par deux bogeys sur les cinq premiers trous. Mais pour le 183e tournoi de sa carrière, l'Anglais savait pertinemment que cette occasion de victoire ne se représenterait peut-être pas deux fois... Après un dernier tour finalement dans le par, Slattery a pu goûter à l'inattendu bonheur de la gloire. "Je n'ai jamais été aussi secoué de ma vie. Sur le dernier putt, le trou m'a paru minuscule. J'étais stressé, parce que c'est un putt qui pouvait changer une vie." Une vie qui n'a pas toujours été aussi agréable qu'elle l'est depuis ce week-end. "J'ai dû travailler à un moment dans un magasin de vêtements. Ça m'aide désormais, ça m'a fait réaliser ce que je ne voulais pas faire." Les commerçants apprécieront. Les Français Plutôt à la peine ces dernières semaines, les joueurs tricolores ont à nouveau connu un week-end mi-figue, mi-raisin. La seule bonne nouvelle est venue de Benjamin Hebert, qui a confirmé ses bonnes dispositions de l'année sur le Challenge Tour. Le Briviste a pris une très jolie 6e place à Madrid, à six coups de Slattery et à égalité avec quatre compères, dont certains de choix: Gonzalo Fernandez-Castano, Oscar Floren, Peter Hanson et Francesco Molinari. Son vendredi et son dimanche ont été nettement moins bons que les deux autres journées, puisque le Français termine avec quatre cartes successives de 69, 72, 67 et 71. Lors du dernier tour, Hebert a eu l'honneur de partager la partie du n°1 mondial, Luke Donald, et de le devancer d'un coup, autant sur cette ultime journée qu'au classement général. Pour les autres en revanche, morne plaine... Romain Wattel (71+74), Jean-Baptiste Gonnet (72+76) et Alexandre Kaleka ont tous les trois manqué le cut. Ce dernier, malade (d'après la Fédération française), s'est d'ailleurs contenté d'un seul tour, bouclé en 74. Les dames Yani Tseng a remporté dimanche le tournoi d'Incheon, avec un total de 202 coups, soit 14 coups sous le par. La Taïwanaise devance d'un coup la Sud-Coréenne Na Yeon Choi, et de trois longueurs un trio composé de Brittany Lincicome, Jimin Kang et Soo-Jin Yang. A noter que dans les 12 premières, 10 sont des joueuses natives de Corée du Sud: en plus des quatre classées dans le top 5, Meena Lee a fini 6e à quatre coups de Tseng, tandis que Yeon-Ju Jung, Jiyai Shin, Amy Yang, Sun Young Yoo et Chella Choi ont pris le 7e rang à six longueurs de la tête. Enfin, Hee Young Park a terminé 12e à sept coups de Tseng. Sur le circuit européen, Christina Kim a remporté pour sa part l'Open d'Italie avec un total de 209 coups, soit sept coups sous le par. Gwladys Nocera, définitivement de retour sur le Vieux continent, a très joliment conclu son week-end en Sicile par une 3e place, à cinq coups de Kim et à égalité avec l'Italienne Stefania Croce. Giulia Sergas, autre joueuse transalpine, a pris la 2e place à quatre longueurs de Kim.