La Samp en enfer, Naples au paradis

  • A
  • A
La Samp en enfer, Naples au paradis
Partagez sur :

La 37e journée de Serie A n'a pas été avare en événements. La Sampdoria de Gênes, 4e la saison dernière, est reléguée depuis dimanche suite à sa défaite concédée devant Palerme (1-2) alors que l'AS Roma a dit adieu à la Ligue des champions, battue à Catane (2-1). C'est fait en revanche pour Naples qui en partageant les points contre l'Inter (1-1), assure sa place de troisième.

La 37e journée de Serie A n'a pas été avare en événements. La Sampdoria de Gênes, 4e la saison dernière, est reléguée depuis dimanche suite à sa défaite concédée devant Palerme (1-2) alors que l'AS Roma a dit adieu à la Ligue des champions, battue à Catane (2-1). C'est fait en revanche pour Naples qui en partageant les points contre l'Inter (1-1), assure sa place de troisième. On a beaucoup parlé de Ligue des champions ce dimanche en Italie. A Gênes notamment et ce tour préliminaire que la Sampdoria disputa en début de saison, conséquence de la belle quatrième place décrochée à l'issue du précédent exercice. Si la « Doria » regretta d'être écartée de la phase finale in extremis par le Werder Brême (1-3, 3-2), elle n'imaginait pas un seul instant que serait joué par la suite un tel mélodrame dont le dernier acte s'est déroulé à l'occasion de la 37e journée. Battus à domicile par Palerme (1-2), les coéquipiers de Jonathan Biabiany, auteur de l'égalisation (1-1, 50e) dans la foulée du but de Miccoli (46e) et avant celui assassin de Pinilla Ferrera (86e), sont condamnés à la Serie B, 12 ans après leur dernière descente. Le jeune attaquant français avait servi de monnaie d'échange lors du dernier mercato d'hiver dans le transfert de Pazzini à l'Inter. Ce qui peut expliquer l'échec de la Samp. Quelques jours après avoir lâché Cassano, réfugié lui aussi dans la capitale lombarde mais du côté de l'AC Milan, la formation encore dirigée par Domenico Di Carlo, le successeur de Luigi Del Neri à l'intersaison, perdait tout de même deux atouts de premier choix en attaque. Le 7 mars, Alberto Cavasin remplace Di Carlo alors que les Dorians ne comptent que trois points de retard sur le premier relégable, après une défaite à la maison devant Cesena (2-3, 28e journée). Catane condamne la Roma S'en suivront neuf matches pour un seul succès (à Bari, 1-0). Trop peu pour endiguer la crise. Les grimaces sont également de sortie du côté de Rome où Totti et ses camarades ne disputeront pas la Ligue des champions, la faute à une défaite à Catane (2-1), et une sixième place trop éloignée du Top 4. Et ce, malgré l'ouverture du score de Loria dès la 14e minute. L'ancien Vert Bergessio (78e) et Gomez, dans le temps additionnel (94e), assommeront assommeront les hommes de Montella. Le coach romain avait une fois encore décidé de se priver de Jérémy Menez, resté tout le match sur le banc. L'avenir de l'ex-Sochalien et Monégasque à Rome s'écrit bien en pointillés. Surtout sans participation à la C1. L'ennemi, la Lazio, se réjouit évidemment du sort réservé au rival historique d'autant que le strapontin pour la Champions League n'est pas une hypothèse gratuite. Cinquièmes, les Biancocelesti n'ont que deux points de retard sur Udine, opposé à l'AC Milan pour la clôture du championnat dimanche prochain. Les Napolitains goûteront en revanche le parfum de la grande coupe d'Europe. Un événement pour la formation de Mazzarri, assurée de conserver la troisième place, les Nerazzurri termineront, eux, deuxièmes derrière l'AC Milan qui avait fêté la veille son titre devant Cagliari (4-1). Le club napolitain n'avait plus joué la C1 depuis 1991.