La Rose a piqué les Wallabies

  • A
  • A
La Rose a piqué les Wallabies
Partagez sur :

L'Angleterre s'est imposée avec une marge très confortable devant l'Australie (35-18), lors du test-match de samedi à Twickenham. La différence de réussite des buteurs a fait la différence, avec un Flood en état de grâce face aux perches côté anglais et un O'Connor nettement moins à l'aise pour les Aussies. Dans les autres matches, les Blacks ont mangé l'Ecosse toute crue, tandis que l'Argentine, l'Irlande et l'Afrique du Sud ont assuré, respectivement en Italie, face aux Samoa et au pays de Galles.

L'Angleterre s'est imposée avec une marge très confortable devant l'Australie (35-18), lors du test-match de samedi à Twickenham. La différence de réussite des buteurs a fait la différence, avec un Flood en état de grâce face aux perches côté anglais et un O'Connor nettement moins à l'aise pour les Aussies. Dans les autres matches, les Blacks ont mangé l'Ecosse toute crue, tandis que l'Argentine, l'Irlande et l'Afrique du Sud ont assuré, respectivement en Italie, face aux Samoa et au pays de Galles. Angleterre-Australie: 35-18 Un festival de points. Les buteurs ont joué une part prépondérante dans le test-match remporté par l'Angleterre devant l'Australie (35-18) à Twickenham, dont le public a vibré pour la deuxième semaine d'affilée après une prestation déjà convaincante dans le jeu face à la Nouvelle-Zélande, malgré la défaite (16-26). Mais si Toby Flood a rayonné face aux perches avec un festival de sept pénalités (12e, 34e, 37e, 43e, 57e, 70e, 77e) pour pénaliser l'indiscipline australienne, en plus de deux transformations, James O'Connor a lui gâché onze points au pied, passant deux pénalités (32e, 39e) mais en manquant surtout trois dans la première demi-heure (4e, 7e, 27e), puis inscrivant ensuite une seule transformation sur deux. Car au nombre de réalisations, le XV de la Rose et les Wallabies terminent dos à dos, avec un doublé pour Ashton côté anglais (25e, 47e) et un doublé également pour Beale côté aussie (54e, 65e). Mais la différence au score, surprenante de par son importance, est méritée pour les hommes de Martin Johnson, qui ont largement dominé la première période notamment et ont constamment mis sous pression la défense australienne, qui a craqué à de trop nombreuses reprises. Au sol dans son camp suite à du jeu au pied, mais aussi sur des pénétrations venues de loin comme sur le deuxième essai sublime d'Ashton, qui perce sur 80 mètres et cloue sur place Mitchell avant d'aplatir. Du bon, du solide mais aussi du beau pour les Anglais, qui ont confirmé leur changement d'état d'esprit en envoyant du jeu sous l'impulsion de leur demi de mêlée Ben Youngs. La comparaison sera faite avec le XV de France, inévitablement, dans deux semaines face à des Australiens trop dans la réaction pour espérer mieux. Ecosse-Nouvelle-Zélande: 3-49 Cinq minutes. A Murrayfield, les Blacks ont été menés cinq petites minutes, suite à une pénalité de Parks passée à la 4e minute. Mais à partir du premier essai néo-zélandais de Gear, la déferlante noire a complètement submergé le XV du Chardon, bien incapable d'offrir la moindre résistance dans le jeu face à un adversaire évidemment très au-dessus dans tous les compartiments. Selon un schéma implacable, les hommes de Graham Henry ont transformé leurs sept essais de la rencontre - quatre en première période, trois en seconde - sans ajouter la moindre pénalité. Après sa première réalisation, Gear en ajoutera une deuxième à la 27e minute, la quatrième des Blacks. Muliaina y est également allé de son doublé (18e, 48e), tandis que Carter (10e), Smith (65e) et Ellis (78e) se sont eux contentés d'un seul essai. L'ancien Toulonnais Sonny Bill Williams, déjà plutôt à l'aise la semaine passée lors de la bien plus courte victoire face à l'Angleterre (26-16), a encore réalisé un grand match, peut-être même le plus à l'aise côté néo-zélandais. Avant de se déplacer en Irlande puis au pays de Galles, les Blacks se sont donc rassurés dans les grandes largeurs. En plus de n'avoir toujours pas perdu de son histoire en Ecosse, la Nouvelle-Zélande n'y avait jamais gagné par un si grand écart. McCaw et Muliaina ont fêté dignement leur nouveau record de sélections, à égalité avec Sean Fitzpatrick avec 92 capes. Pays de Galles - Afrique du Sud: 25-29 Une semaine après avoir vaincu sans gloire l'Irlande (23-21), l'Afrique du Sud a renouvelé son opération escargot en dominant de courageux Gallois (29-25), dans l'antre du Millenium Stadium de Cardiff, samedi après-midi. La tournée européenne des coéquipiers de François Steyn n'est donc pas une sinécure, alors qu'ils n'étaient déjà pas sortis forcément grandis de leur expérience au Tri-Nations. Mais cette partie peut également se résumer à une histoire de trajectoires opposées. Même avec un essai dans son escarcelle, Victor Matfield aurait sans doute rêvé d'un meilleur contexte pour célébrer sa 103e sélection, faisant ainsi du deuxième-ligne sud-af' le joueur le plus capé de l'histoire des Springboks. Au contraire, malgré la défaite, George North, jeune ailier de 18 ans, n'imaginait certainement pas de tels débuts sous le maillot des Diables rouges. Brillant à défaut d'être récompensé face aux Australiens (16-25), samedi dernier, le XV du Poireau a ainsi montré que l'hémisphère Nord, du moins par à coups, n'avait rien à envier à leurs homologues sudistes à moins d'un an de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Un gage qu'il faudra tenir pendant l'intégralité d'une rencontre, car mis sur orbite par des essais de son néophyte North (6e) et de James Hook (18e), les Gallois ont ensuite pris l'eau au tout début du second acte, punis par la puissance du pack adverse capitalisée par Willem Alberts (51e) et Matfield (53e), ainsi que la botte de Morne Steyn (19 points au pied). Le deuxième essai personnel de North (57e) ne changera pas la donne mais l'Afrique du Sud devra montrer autre chose contre l'Ecosse, samedi prochain, pour convaincre de son évolution. Italie - Argentine: 16-22 Pour sa première apparition dans cette tournée automnale, l'Argentine est allée chercher une précieuse victoire (16-22) sur la pelouse du Stadio Marc Antonio Bentegodi de Vérone, ce samedi, lors d'un test-match qui revêtait un fort accent français, puisque sur les 44 joueurs engagés sur les deux feuilles de match, 21 évoluent dans le Top 14 (13 pour l'Argentine, 8 pour l'Italie). Au terme d'une première période quelque peu insipide ayant vu les deux buteurs expatriés, Mirco Bergamasco (10, 29e) et Felipe Contepomi (17, 39e) se rendre coup pour coup, la Squadra et les Pumas rentraient au vestiaire sur un score de parité (6-6). Un premier acte timide qui sonnait inexorablement le réveil des Sud-Américains qui, dès la 50e minute de jeu, à l'issue d'un bon travail d'Amorosino sur l'aile, parvenaient à débrider leur compteur à essais grâce à Rodriguez, venu plonger en terre promise (6-13, 50e). La grande débauche d'énergie des Transalpins n'aura été payante qu'en fin de rencontre, avec un essai de pénalité accordé par l'homme en noir. Trop tard pour espérer revenir au score, la faute notamment à un Contepomi intenable au pied avec cinq pénalités et une transformation passées. Si elle n'a pas été transcendante, l'Argentine a fait preuve d'un réalisme quasi sans faille qui lui a permis de prendre l'ascendant sur son adversaire du soir au tableau d'affichage. De quoi faire le plein de confiance avant un déplacement nettement plus complexe à Montpellier face au XV de France ? Rien n'est moins sûr... Irlande-Samoa: 20-10 Après avoir concédé un revers sur ses terres face à l'Afrique du Sud (21-23) la semaine passée, l'Irlande a pris la mesure des Samoa (20-10) ce samedi dans son antre de l'Aviva Stadium à Dublin. O'Gara et Heaslip, tous deux auteurs d'un essai dans ce match, ont permis au XV du Trèfle de monter en puissance dans cette tournée automnale. Les Irlandais recevront la Nouvelle-Zélande la semaine prochaine et l'Argentine dans quinze jours, tandis que les Samoa affronteront l'Angleterre puis l'Ecosse.