La Roma n'y arrive pas

  • A
  • A
La Roma n'y arrive pas
@ Reuters
Partagez sur :

SERIE A - L'AS Rome d'un Mexès a bout de nerf est relégable après la 4e journée.

SERIE A - L'AS Rome d'un Mexès a bout de nerf est relégable après la 4e journée. Ça devient grave pour la Roma. Le vice-champion d'Italie n'arrive pas à décoller et s'enfonce doucement au classement. Certes, il n'y a pas péril en la demeure après seulement quatre journées de championnat mais voir le club de la Louve dans la zone de relégation, ça fait tout de même mauvais effet. Et comme bien souvent en pareil cas, tout semble aller dans le mauvais sens. Pour exemple le début de rencontre avec deux opportunités pour Borriello (5e) et Menez (12e) mais le premier but de la rencontre est marqué par Hetemaj, sur un bon service de Caracciolo (1-0, 13e). Un premier coup du sort pour la Roma suivi d'un carton jaune pour Philippe Mexès. Cela n'a rien d'anecdotique car cela comptera en fin de rencontre. Claudio Ranieri n'attend pas la pause pour réagir puisqu'il fait entrer Cicinho à la place de Rosi (31e). Vucinic (35e) puis Menez d'une belle frappe (43e) se distinguent mais cela ne convient évidemment pas à l'entraîneur de la Roma qui lance Adriano à la place de Menez dès le retour des vestiaires. La Roma ne lâche pas comme en témoignent les occasions d'Adriano hors cadre (53e) et de Borriello (62e). Mais la Roma va subir un double coup du sort avec l'expulsion de Philippe Mexès coupable d'une faute sur Eder qui offre de surcroît un penalty à Brescia (64e). La faute paraissait en dehors de la surface mais cela n'empêche pas Caracciolo de transformer la sentence (2-0, 65e). La Roma est dans les cordes mais n'abdique toujours pas avec Julio Baptista (71e et 81e) et Borriello (75e). L'attaquant de la Roma est tout de même récompensé grâce à une frappe splendide (2-1, 84e). Ce sera tout de même insuffisant pour éviter un revers qui coûte cher. La Roma plonge dans la zone rouge et laisse la concurrence s'envoler. Une mauvaise nouvelle d'autant que le prochain adversaire des hommes de Ranieri se nomme l'Inter Milan.