La risette du Mans

  • A
  • A
La risette du Mans
Partagez sur :

Malgré les 24 points et 9 rebonds de Nicolas Batum, Nancy a concédé samedi soir sa première défaite de la saison sur le parquet du Mans (78-80), lors de la 7e journée de Pro A. A noter dans les autres matches le carton de Gravelines-Dunkerque contre Hyères-Toulon (106-57) ainsi que le réveil de Roanne et Pau-Lacq-Orthez suite à leurs changements d'entraîneurs.

Malgré les 24 points et 9 rebonds de Nicolas Batum, Nancy a concédé samedi soir sa première défaite de la saison sur le parquet du Mans (78-80), lors de la 7e journée de Pro A. A noter dans les autres matches le carton de Gravelines-Dunkerque contre Hyères-Toulon (106-57) ainsi que le réveil de Roanne et Pau-Lacq-Orthez suite à leurs changements d'entraîneurs. "On leur a donné, ça m'énerve !" Pour son retour dans la salle d'Antarès, où il a grandi et joué plusieurs saisons avant de rejoindre Portland en NBA, Nicolas Batum n'a pas vécu que de bons moments. Oui, l'ailier tricolore a prouvé sur le terrain qu'il avait encore tous ses repères avec 24 points et 9 rebonds. Mais la défaite concédée par Nancy sur le parquet du Mans (78-80), sa première de la saison, lui a laissé un goût amer. C'est surtout la fin de match qui l'a attristé, le Sluc ayant fait le plus dur en égalisant à 78-78 avant de gâcher bêtement deux possessions dont la dernière, conclue par un tir déclenché après la sirène. "On prend zéro tir en deux actions, c'est de la merde ce qu'on a fait, s'est-il emporté sur Sport+. On a fait un sale match, on les a laissés gagner, on était absents au rebond. On leur a donné. Je voulais tellement gagner ici... Ça m'énerve !" Les joueurs de Jean-Luc Monschau restent aux avant-postes à l'issue de cette 7e journée de Pro A, mais ils sont désormais rejoints - et même dépassés au point-average - par Gravelines-Dunkerque, qui a étrillé Hyères-Toulon (106-57). Trois jours après une défaite face à l'Olympiakos en Euroligue, le coup est dur pour les Nancéiens, qui ne pouvaient de toute façon pas rester invaincus toute l'année. A vrai dire, ils n'ont pas à rougir d'être tombés contre le MSB. Une équipe qui, même privé d'Antoine Diot et Alain Koffi, affiche un très beau visage à l'image de son meneur américain Taylor Rochestie, (12 points, 4 rebonds, 10 passes). Gravelines prend le pouvoir "Cette semaine était très difficile pour nous, a-t-il réagi, en référence à la défaite concédée à Mariupol en Eurcoupe. On voulait absolument gagner devant notre public. On a joué dur tout au long de ces quarante minutes et offensivement, on a bien tenu la baraque." Malgré le bon début de match de Nicolas Batum, auteur de dix des dix-huit premiers points du Sluc, c'est en effet le MSB, porté par Alex Acker, Travon Bryant et surtout Marcellus Sommerville, qui a profité de sa nette domination au rebond pour prendre les devants (23-18, 10e). Et ce n'est pas un Jamal Shuler en souffrance qui a pu relancer les champions de France. Relégués à -12 en milieu de deuxième quart, Nancy a été assez heureux de regagner les vestiaires avec seulement neuf longueurs de retard (33-42, 20e). Tout juste revenu d'une blessure au genou, Charles Kahudi a ensuite pris les choses en main, Taylor Rochestie en profitant pour distiller les passes décisives. Le Sluc, dans le sillage de son trio Nicolas Batum-Akin Akingbala-Victor Samnick, a cru pouvoir revenir dans la partie mais à chaque fois, Le Mans a su conserver une légère avance (69-62, 30e). Même lorsqu'une panne sèche inquiétante des Sarthois pendant plus de cinq minutes a permis aux Lorrains d'égaliser (78-78, 39e), les joueurs de J.D. Jackson ont tenu bon. Aidés, il est vrai, par le manque de lucidité de leurs adversaires. Dans les autres rencontres, il faut donc retenir le carton du BCM. Le HTV, privé d'Alexis Ajinça, blessé, et de son entraîneur Alain Weisz, malade, n'a pas pu faire le poids contre l'armada nordiste qui a cumulé une évaluation de... 155 ! Auteur de 14 points, 6 rebonds et 4 passes, Dounia Issa a été le Gravelinois le plus en verve. De leur côté, Pau-Lacq-Orthez et Roanne ont plutôt bien vécu leurs changements d'entraîneurs, l'Elan Béarnais ayant battu Nanterre au bout du suspense (89-84, a.p.) et la Chorale ayant pris le meilleur sur Dijon (80-58). A domicile, Cholet n'a pas tremblé contre Le Havre (90-77) et Poitiers a été surpris d'un rien sur son parquet par Strasbourg (78-79).