La réponse de Vettel

  • A
  • A
La réponse de Vettel
Partagez sur :

Malgré la montée en puissance évidente de Lewis Hamilton et Fernando Alonso ces dernières semaines aux volants de leurs McLaren et Ferrari respectives, Sebastian Vettel a préservé l'invincibilité des Red Bull en qualifications, samedi, sur le Hungaroring. Le pilote allemand a décroché en Hongrie sa huitième pole de la saison, arrachée pour 163 millièmes aux dépens de Lewis Hamilton. Fernando Alonso s'est lui contenté du cinquième chrono.

Malgré la montée en puissance évidente de Lewis Hamilton et Fernando Alonso ces dernières semaines aux volants de leurs McLaren et Ferrari respectives, Sebastian Vettel a préservé l'invincibilité des Red Bull en qualifications, samedi, sur le Hungaroring. Le pilote allemand a décroché en Hongrie sa huitième pole de la saison, arrachée pour 163 millièmes aux dépens de Lewis Hamilton. Fernando Alonso s'est lui contenté du cinquième chrono. On l'avait quitté la tête basse la semaine passée, vexé par sa quatrième place en Allemagne, devant son public, au terme d'un week-end poussif le concernant. Six jours plus tard, c'est un Sebastian Vettel manifestement soulagé qui s'est présenté à la presse. "La confiance est revenue aujourd'hui, soufflait-il après avoir décroché la pole position du Grand Prix de Hongrie. Je suis beaucoup mieux dans la voiture, et j'ai désormais hâte d'être à demain !" Ce samedi en effet, le fer de lance du team Red Bull s'est rassuré, mais pas seulement... Dimanche, sur un Hungaroring où il est toujours difficile de placer des offensives payantes, le champion du monde sortant partira avec un avantage certain. D'autant que son principal rival, Lewis Hamilton, relégué en deuxième position sur la grille, composera avec un mauvais côté particulièrement handicapant en Hongrie. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir attaqué lors des qualifications. Crédité notamment d'une prestation remarquable en Q2, s'illustrant avec des pneus tendres tandis que la concurrence tournait en super-tendres, le pilote McLaren a eu le mérite de pousser Sebastian Vettel dans ses derniers retranchements. En pole virtuelle au terme des dix minutes de la Q3, le Britannique n'a été coiffé au poteau qu'à l'issue du dernier tour lancé de l'Allemand, pour 163 petits millièmes. "J'étais vraiment à fond, un peu large dans le dernier virage c'est vrai mais je n'ai pas de regret, dixit l'intéressé en conférence de presse. On se savait performant depuis le Grand Prix d'Allemagne mais aujourd'hui, Red Bull a bien rebondi donc on se retrouve derrière..." Parti pour améliorer dans son ultime boucle, Fernando Alonso, lui, s'est manqué dans le dernier secteur, se contentant au final du cinquième temps, à 550 millièmes de la pole, derrière la McLaren de Jenson Button (+0"269) et la Ferrari de son coéquipier Felipe Massa (+0"535), miraculé du Hungaroring en 2009. Après s'être fait une grosse frayeur vendredi en essais libres, Mark Webber, poleman des deux derniers Grands Prix, se voit relégué en sixième position (+0"659), du mauvais côté qui plus est. Qu'importe finalement, Red Bull, après onze sessions, reste invincible dans l'exercice des qualifications...