La réponse de Bousquet

  • A
  • A
La réponse de Bousquet
Partagez sur :

Il se savait attendu. Frédérick Bousquet a offert sa réponse dans le petit bain de Chartres. Pour son retour à la compétition après sa suspension de deux mois pour la prise d'un produit interdit, le Marseillais a marqué les esprits sur 50m, à commencer par Alain Bernard, spectateur de cette finale, en signant en 20"89 la deuxième meilleure performance mondiale de l'année derrière Cesar Cielo (20"80). Fabien Gilot (21"35) et Amaury Leveaux (21"65) l'accompagnent sur le podium.

Il se savait attendu. Frédérick Bousquet a offert sa réponse dans le petit bain de Chartres. Pour son retour à la compétition après sa suspension de deux mois pour la prise d'un produit interdit, le Marseillais a marqué les esprits sur 50m, à commencer par Alain Bernard, spectateur de cette finale, en signant en 20"89 la deuxième meilleure performance mondiale de l'année derrière Cesar Cielo (20"80). Fabien Gilot (21"35) et Amaury Leveaux (21"65) l'accompagnent sur le podium. "Les blagues, elles seront peut-être rigolotes au départ, mais les plus courtes seront les meilleures. Ceux qui me connaissent savent qu'il ne faudra pas abuser de ma patience. Et ceux qui ne me connaissent pas apprendront à me connaître..." Sa première mise au point, Frédérick Bousquet l'avait faite le week-end dernier dans les colonnes du Journal du Dimanche. La seconde, le Marseillais l'a effectuée vendredi dans le petit bassin de Chartres à l'occasion des Championnats de France qui marquent son retour à la compétition après sa suspension de deux mois prononcée par la Fédération française (FFN) et l'Agence française antidopage en raison de son contrôle positif à l'heptaminol, un stimulant classé dans la liste des produits prohibés. Une étiquette, l'intéressé est le premier à l'admettre, qu'il risque de traîner longtemps, comme son titre de compagnon de Laure Manaudou. Sa natation est sa meilleure arme de défense. Et le moins que l'on puisse dire c'est que le champion d'Europe en titre sur la distance s'est bien préparé en vue de ce rendez-vous considéré par beaucoup comme une simple étape sur le chemin des Mondiaux de Dubaï (15-19 décembre). Troisième temps des séries fatales à Alain Bernard, Bousquet a dominé la finale du 50 mètres nage libre de bout en bout pour descendre sous les 21 secondes et signer en 20"89 la deuxième meilleure performance mondiale de l'année derrière le Brésilien Cesar Cielo (20"80). Son partenaire du Cercle des nageurs de Marseille, Fabien Gilot, deuxième en 21"35, son meilleur temps de la saison, et Amaury Leveaux, troisième en 21"65, ne pouvaient que reconnaître la supériorité du Marseillais. Bernard se rassure en finale B Tout comme Alain Bernard, spectateur attentif de cette finale, la faute à des séries mal négociées ce vendredi matin et à ce chrono de 22"43 trop court pour prétendre au Top 8 des sprinteurs français dans lequel on pouvait retrouver un certain Florent Manaudou. "Quand on joue, on peut perdre", relativisait-il dans l'après-midi, rapporte le site du quotidien Ouest France. "Ce matin j'ai joué avec le feu. J'étais peut-être un peu trop confiant, trop serein pour me préserver pour ce soir mais malheureusement je n'ai pas accédé à la finale A", ajoutait l'Antibois qui aurait aimé "se friter avec les autres". Le champion olympique du 100m a dû se contenter de la finale B. L'occasion de se rassurer en claquant son meilleur temps de la saison en 21"62, un chrono qui lui aurait offert la troisième place sur le podium de ces championnats de France. "J'étais vexé, frustré ce matin. Je ne peux m'en prendre qu'à moi-même. J'ai passé une sale matinée, un sale repas ce midi mais j'avais envie de me mettre dans les meilleures dispositions pour faire quelque chose de cohérent", soulignait l'élève de Denis Auguin, satisfait de ce chrono réalisé malgré de grosses charges d'entraînement. A confirmer dimanche sur 100 mètres dont il pourrait faire, volontairement cette fois, l'impasse sur la finale.