La relève met la pression

  • A
  • A
La relève met la pression
Partagez sur :

Du banc à la révélation, il n'y a pas toujours un monde. Ou alors, il a été allègrement franchi par Marvin Martin, Kevin Gameiro ou encore Younes Kaboul, tous buteurs en bleu, lundi soir en Ukraine (4-1). Les nouveaux venus ont été si bons qu'ils demandent à être revus et qu'ils bousculent sérieusement une hiérarchie qui commençait pourtant à se dessiner. Laurent Blanc semble avoir l'embarras du choix. Il ne demandait que ça.

Du banc à la révélation, il n'y a pas toujours un monde. Ou alors, il a été allègrement franchi par Marvin Martin, Kevin Gameiro ou encore Younes Kaboul, tous buteurs en bleu, lundi soir en Ukraine (4-1). Les nouveaux venus ont été si bons qu'ils demandent à être revus et qu'ils bousculent sérieusement une hiérarchie qui commençait pourtant à se dessiner. Laurent Blanc semble avoir l'embarras du choix. Il ne demandait que ça. "Ça réveillerait certains", "les joueurs sont cuits", "il me manque un leader technique"... Les petits mots glissés par Laurent Blanc entre la Biélorussie et l'Ukraine ont raisonné dans les têtes du groupe France. Suffisamment fort pour que les jeunes pousses qui découvrent l'équipe de France montrent une voie nouvelle dans un stage de fin de saison apparemment rude pour les anciens ! Loin de l'apathie collective entrevue jusque-là, certains ont marqué de gros points en apportant fraîcheur, envie, justesse technique et réalisme. Rien que ça ! On retiendra évidemment l'entrée fracassante de Marvin Martin qui a donné l'avantage aux Bleus d'une frappe retentissante avant de servir Younes Kaboul d'un corner impeccable puis de finir le travail suite à un service de Benzema. Une prestation de tout premier plan en seulement un petit quart d'heure ! "J'ai essayé de me mettre le moins de pression possible, les joueurs m'ont mis à l'aise dans ce groupe, c'est ça qui a fait le plus. Quand je suis rentré, on m'a parlé, j'ai tenté, j'ai eu la chance que ça rentre. Après le match, tout le monde a crié, a chanté, a applaudi, m'a félicité, j'étais vraiment très heureux", glisse le héros du jour. De fait, ses coéquipiers ont évidemment apprécié d'être ainsi délivrés. "Je suis content pour Marvin, il a énormément de qualités, il s'est lâché comme il le faut avec son équipe, je ne sais pas si c'est un nouveau Iniesta, je le souhaite", ajoute un Eric Abidal qui le verrait bien évoluer en Liga. Des alternatives crédibles Mais avant de penser à se projeter, le jeune Sochalien va devoir confirmer. Ce que Laurent Blanc n'a pas manqué de lui préciser en lui glissant que "le plus dur commence". Le sélectionneur de l'équipe de France aura évidemment noté que Martin n'est pas le seul à s'être enflammé pour sa première. En effet, si Kaboul a placé un coup de boule victorieux, cela a mis en valeur une prestation défensive sobre mais efficace. "Il ne faut pas oublier que c'était aussi sa première sélection et son premier but", concède Yann M'Vila. Une association avec Mamadou Sakho, qui n'est pas non plus un vieux de la vieille, qui a tenu le choc. En l'absence de Mexès, blessé, et Rami sur le banc, cette charnière a montré une certaine solidité. Il reste à évoquer le cas de Kevin Gameiro, qui n'ambitionne pas de déboulonner de suite Karim Benzema dont la finesse technique fait des ravages, mais qui semble donner raison à Laurent Blanc. Le sélectionneur avait été très élogieux à son égard lors de l'annonce du groupe, l'attaquant lorientais a répondu en inscrivant le but égalisateur d'une belle demi-volée. Au-delà de cette réalisation qui compte forcément, Gameiro a montré de belles qualités, celles d'un attaquant capable de cadrer à chaque fois (3 sur 3 en Ukraine) tout en travaillant beaucoup pour l'équipe. Il bouge beaucoup et ne ménage pas sa peine. S'il n'est pas encore parfait dos au but, il serait intéressant de l'associer à Karim Benzema dans un schéma à deux pointes. Par ailleurs, si Cabaye et Matuidi ont été moins en évidence, le premier manquant d'audace, le second apportant à la récupération mais pas assez dans ses relances, Laurent Blanc pourra se féliciter d'avoir ouvert les portes du groupe France. La concurrence s'annonce plus serrée que prévu. Un délicieux casse-tête.