La régate bat son plein

  • A
  • A
La régate bat son plein
Partagez sur :

Après plus de deux jours de mer sur la Transat Jacques-Vabre, les 31 tandems encore en course font route cap au sud-ouest, confrontés à des conditions météo moins musclées mais assez aléatoires qui les obligent à beaucoup manoeuvrer. Au niveau des classements, on assiste à un beau duel en tête des Multi 50 entre Actual (Le Blévec-Manuard) et Crêpes Whaou ! (Escoffier-Koch), tandis que Macif (Gabart-Col) et Cheminées Poujoulat (Stamm-Cuzon) créent la surprise en Imoca.

Après plus de deux jours de mer sur la Transat Jacques-Vabre, les 31 tandems encore en course font route cap au sud-ouest, confrontés à des conditions météo moins musclées mais assez aléatoires qui les obligent à beaucoup manoeuvrer. Au niveau des classements, on assiste à un beau duel en tête des Multi 50 entre Actual (Le Blévec-Manuard) et Crêpes Whaou ! (Escoffier-Koch), tandis que Macif (Gabart-Col) et Cheminées Poujoulat (Stamm-Cuzon) créent la surprise en Imoca. Après deux journées à vive allure et dans une mer formée, au moins lors des 24 premières heures de course, la flotte de la Transat Jacques-Vabre a le droit vendredi à une petite accalmie avec un vent mollissant qui permet aux 31 tandems encore en course (deux abandons à ce jour en Class 40, un en Multi 50, et un en Imoca, celui d'Akena Vérandas, qui a démâté dans la nuit de jeudi à vendredi) de souffler. Mais très légèrement, puisque si le vent a faibli, il ne cesse de changer en force, obligeant les marins à sans cesse manoeuvrer. "La situation est très instable. Le vent est parfois faible, autour de 5 ou 6 noeuds, et monte d'un coup pour atteindre 18-20 noeuds. Pas simple, dans ces conditions, de toiler correctement le bateau", confirme Bernard Stamm, skipper de Cheminées Poujoulat, auteur d'un excellent début de course, puisqu'il pointait vendredi en deuxième position des monocoques de 60 pieds (Imoca). Même topo sur Groupe Bel, Kito de Pavant reconnaissant une certaine fatigue après plus de 48 heures sans sommeil, ou presque. "C'est plus tranquille au niveau des conditions, mais le vent est très instable, ce qui nécessite beaucoup de réglages, on n'a pas beaucoup dormi depuis le départ." Interrogé sur le comportement de son bateau par rapport à ceux de la dernière génération (Macif, Cheminées Poujoulat, Virbac-Paprec, PRB, Banque Populaire), le Languedocien se montre au passage plutôt satisfait: "Ça a l'air d'aller, même si on voit que les nouveaux bateaux vont vite, ils sont bien préparés et bien menés." Notamment le dernier-né, Macif (mis à l'eau en août), qui, avec François Gabart (co-skipper de Kito de Pavant il y a deux ans sur la Jacques-Vabre) et Sébastien Col, faisait la course en tête vendredi, un peu à la surprise générale. Situation météo compliquée en vue Cela va-t-il durer ? La situation météo risque en tout cas de se compliquer, si l'on en croit François Gabart: "On va devoir traverser une petite dorsale qui prolonge l'anticyclone des Açores. Ensuite, il va falloir se positionner par rapport à un nouveau centre dépressionnaire qui semble très actif afin de trouver le bon compromis entre une trajectoire proche du centre de la dépression où les vents risquent d'être très violents et une route plus sûre, mais un peu plus longue. Qu'il s'agisse des choix de route, de la voilure qu'on porte, du rapport entre cap et vitesse, on est toujours à la recherche du meilleur équilibre..." Kito de Pavant s'attend également à une situation complexe: "Il y a un flux de sud-ouest qui s'installe sur la route et derrière un passage de front. La clé, ce sera ce passage de front assez dense, car derrière, l'anticyclone va faire son retour, il faudra passer en-dessous avant qu'il ne se referme sur nous. Ça s'annonce assez compliqué d'autant que les modèles météo ne disent pas tous la même chose." Bref, après s'être surtout concentrés sur la vitesse des bateaux, les skippers vont devoir se creuser la tête pour établir la meilleure stratégie, avec des choix à faire dès ce week-end. Au classement, Macif, partisan pour l'instant d'une route médiane, tenait donc la corde vendredi devant Cheminées Poujoulat, le reste de la flotte Imoca étant disséminée entre nordistes (Dick-Beyou, Riou-Destremeau, Guillemot-Eliès) et sudistes (De Pavant-Régniau, Le Cléac'h-Pratt). En Multi 50, deux bateaux ont pris la poudre d'escampette: le triple tenant du titre, Crêpes Whaou ! (Escoffier-Koch), et Actual (Le Blévec-Manuard), dans un mouchoir de poche vendredi, Prince de Bretagne (Lemonchois-Souben) et Maître Jacques (Féquet-Escoffier) accusant une grosse soixantaine de milles de retard. En Class 40, on prend les mêmes dans le même ordre avec quatre bateaux en moins de 15 milles: Aquarelle.com (Bestaven-Drouglazet), Concise 2 (Collier-Wakefield-Goodchild), Bureau Veritas-Dunkerque Plaisance (Le Diraison-Ruyant) et Initiatives-Alex Olivier (De Lamotte-Péron).