La plainte contre Brandao retirée

  • A
  • A
La plainte contre Brandao retirée
Partagez sur :

Le cauchemar de Brandao, mis en garde à vue mardi, touche peut-être à sa fin. La jeune femme qui accusait l'attaquant brésilien de l'avoir agressé sexuellement dans la nuit du 1er au 2 mars dernier, a en effet décidé de retirer sa plainte, annonce La Provence mercredi. La brigade des moeurs a toutefois poursuivi ses investigations au centre d'entraînement Robert Louis-Dreyfus.

Le cauchemar de Brandao, mis en garde à vue mardi, touche peut-être à sa fin. La jeune femme qui accusait l'attaquant brésilien de l'avoir agressé sexuellement dans la nuit du 1er au 2 mars dernier, a en effet décidé de retirer sa plainte, annonce La Provence mercredi. La brigade des moeurs a toutefois poursuivi ses investigations au centre d'entraînement Robert Louis-Dreyfus. L'affaire Brandao touche peut-être à sa fin. Dans la tourmente depuis mardi matin, date de son interpellation pour des accusations de viol émises par une jeune femme, l'attaquant brésilien avait vu sa garde à vue être prolongée de 24 heures et a donc passé la nuit au poste de police de l'Evêché à Marseille. Mais mercredi matin, La Provence révèle que cette jeune femme, qui avait expliqué avoir été violée sur une aire d'autoroute, après une soirée en boîte de nuit, à Aix-en-Provence, dans la nuit du 1er au 2 mars, aurait décidé de retirer sa plainte. Le quotidien régional assure sur son site Internet "qu'en voyant le joueur effondré" lors de la confrontation qui s'est déroulée mardi soir dans les locaux de la brigade des moeurs, la plaignante se serait rétractée. "Il faut se méfier. On a déjà vu des victimes revenir sur leurs accusations, expliquait une source proche du dossier mardi dans les colonnes de France-Soir. A Marseille, c'est le cas dans près de la moitié des affaires de viol. Mais dans ce dossier, il y a certains éléments troublants que les enquêteurs doivent vérifier. Il va y avoir des expertises ADN, et des relevés dans la voiture de Brandao. Ça prend un peu de temps." D'autres joueurs inquiétés ? De son côté, l'attaquant marseillais avait farouchement nié. "Mon client conteste formellement les accusations de viol, avait lancé ainsi son avocate Me Patricia Clusan. Il ne nie pas avoir eu une relation avec cette jeune fille, mais elle était consentie. Quand je l'ai rencontré au commissariat, il était serein, tranquille, sûr de lui. Il m'a dit: «Je n'ai aucun problème avec les femmes !» Ça ne fait nul doute que cette jeune femme ne dit pas la vérité". Avant d'ajouter qu'"il faut rester très prudent avec ce genre d'histoire. Les joueurs de l'OM sont quand même très exposés à Marseille...". Une prudence d'ailleurs adoptée par son club, qui s'était contenté d'un laconique communiqué, sur son site officiel: "L'Olympique de Marseille ne fera aucun commentaire sur cette affaire d'ordre privé et rappelle le nécessaire respect de la présomption d'innocence". Si Brandao semble mis hors de cause, l'affaire pourrait prendre une nouvelle tournure. La Provence nous apprend que d'autres joueurs marseillais pourraient être entendus dans cette affaire. La jeune femme de 23 ans aurait ainsi eu des relations sexuelles avec trois autres membres de l'effectif, dont un a quitté le club l'été dernier. Le quotidien ajoute que la victime est la soeur d'un agent de joueurs bien connu dans la cité phocéenne. La brigade des moeurs procède d'ailleurs ce mercredi à une visite du centre d'entraînement Robert Louis-Dreyfus, afin de poursuivre les investigations nécessaires à la clarification de l'enquête.