La perche française à l'honneur

  • A
  • A
La perche française à l'honneur
Partagez sur :

En mal de médailles depuis le début des Mondiaux de Berlin, hormis le bronze décroché par Bob Thari, l'équipe de France pourrait voir son salut dans la perche masculine. Trois Français, Renaud Lavillenie, Romain Mesnil et Damiel Dossevi, se sont qualifiés pour la finale de l'épreuve, jeudi. Une première depuis 1991.

En mal de médailles depuis le début des Mondiaux de Berlin, hormis le bronze décroché par Bob Thari, l'équipe de France pourrait voir son salut dans la perche masculine. Trois Français, Renaud Lavillenie, Romain Mesnil et Damiel Dossevi, se sont qualifiés pour la finale de l'épreuve, jeudi. Une première depuis 1991.Avec trois qualifiés sur trois engagés dans le concours de la perche masculine aux championnats du Monde d'athlétisme à Berlin, l'équipe de France a réussi un sans faute à l'occasion des qualifications. Sans avoir à passer la barre de qualification fixée à 5,75 mètres, Renaud Lavillenie, Romain Mesnil et Damiel Dossevi se sont qualifiés pour la finale en passant les 5,65 mètres."J'ai interrogé de grands perchistes, comme Jean Galfione, pour avoir leurs conseils. J'en ai déduit qu'il ne faut pas prendre les qualifications à la légère.", avait laissé entendre Renaud Lavillenie sur le site run in live avant l'épreuve des qualifications.Le jeune perchiste tricolore qui s'est révélé aux yeux du grand public après son titre de champion d'Europe en salle à Turin cette année mais surtout en franchissant la barre symbolique des 6 mètres lors du championnat d'Europe par équipes à Leiria au Portugal le 21 juin dernier (6,01 mètres), porte les espoirs d'une délégation française peu performante pour le moment à Berlin.Une première depuis 1991Alors que Romain Mesnil défendra son titre de vice-champion du monde acquis en 2007 à Osaka, Renaud Lavillenie tentera, samedi, de se faire une place parmi l'élite mondiale alors que le champion olympique en titre, l'Australien, Steve Hooker, s'est lui aussi qualifié pour la finale malgré une élongation à l'adducteur de la jambe droite."C'est vrai que ça sent bon, Hooker est affaibli mais il a été très fort sur son saut à 5,65 m. En finale, il va faire pareil, donc ça reste ouvert", a confié le recordman de France au micro d'Eurosport.Avec trois Français en finale, jamais la France n'avait été aussi bien représentée à ce stade de la compétition depuis 1991 et le trio Jean Galfione, Thierry Vigneron et Philippe Collet. Ces derniers n'avaient toutefois pu accrocher la moindre médaille lors des Mondiaux de Tokyo...