La passe de trois ?

  • A
  • A
La passe de trois ?
Partagez sur :

Irrésistible Sebastian Vettel. Fort d'une troisième pole position consécutive acquise cette saison, le pilote Red Bull s'élancera ce dimanche de la première place sur la grille de départ du Grand Prix de Chine. Une hégémonie qu'il espère concrétiser en course. Ferrari et McLaren ne pourront que tenter de limiter les dégâts... ou profiter des événements de course.

Irrésistible Sebastian Vettel. Fort d'une troisième pole position consécutive acquise cette saison, le pilote Red Bull s'élancera ce dimanche de la première place sur la grille de départ du Grand Prix de Chine. Une hégémonie qu'il espère concrétiser en course. Ferrari et McLaren ne pourront que tenter de limiter les dégâts... ou profiter des événements de course. Sebastian Vettel domine l'épreuve des qualifications avec une facilité déconcertante. Sans forcer son talent, ni maltraiter sa monoplace et ses gommes tendres (très précieuses dans l'optique de la course), le pilote Red Bull a une nouvelle fois atomisé la concurrence. Avec plus de sept dixièmes sur le deuxième chrono, il a vraiment marqué les esprits. Samedi, en conférence de presse, Jenson Button avouait son impuissance: "Quand j'ai vu son chrono, je me suis dit: OK, on va se battre pour la 2e place". Contrat rempli pour le pilote McLaren qui a hissé sa MP4-26 sur la première ligne juste devant son coéquipier Lewis Hamilton. Toutefois, "Baby Schumi" temporise: "Nous ambitionnons de marquer des points. La course sera longue. Nous sommes aussi contents que possible de la voiture, avec tout ce qu'il y a autour". Puis de se raviser aussi sec: "Nous avons fait de longs runs vendredi. Il y a donc des raisons d'être optimistes". Optimiste, car lors des essais libres 1 et 2, le jeune loup allemand avait dominé les débats en signant à chaque fois les meilleurs temps de passage. Néanmoins, en course, l'écart de performance entre les Red Bull et les autres aurait tendance à se réduire. McLaren, Ferrari et dans une moindre mesure Mercedes peuvent espérer profiter des circonstances de course pour empêcher le pilote Red Bull de glaner un troisième succès de rang et filer à la vitesse de la lumière vers la couronne mondiale. Webber condamné à une course poursuite Car, le circuit international de Shanghai offre l'une des combinaisons de virages serrés les plus intéressantes du calendrier. Y prendre un départ sans accroc relève presque de l'exploit. Tenir le rythme tout au long des 56 tours de course promet également d'être éprouvant tant pour les hommes comme pour les machines. Côté météo en revanche, la température assez fraîche régnant sur Shanghai (pas plus de 20°C attendus), rendra les conditions de course nettement plus vivables que lors du GP de Malaisie ou le thermomètre affichait plus de 30°C. Aucune averse n'est annoncée. La course sera donc "sèche". Bref, on a de bonne raisons de croire que la course à l'avant du peloton n'offrira pas la grande bagarre tant attendue. Il ne nous restera donc plus qu'à nous concentrer vers l'arrière du peloton, où Mark Webber, qualifié en 18e position, va devoir nous gratifier d'une remontée épique pour tenter de limiter les dégâts. Lui qui a déjà fait le spectacle en Malaisie, où privé de son KERS, il avait manqué son départ mais était parvenu à se hisser à la quatrième place finale. A Shanghai, il sera, à coup sûr l'un des grands animateurs de course...